•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le couvre-feu de retour à 20 h à Montréal et Laval

Le premier ministre en conférence de presse.

Le reportage d'Hugo Lavallée

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Le premier ministre François Legault durcit les restrictions sanitaires pour une deuxième fois cette semaine dans l'espoir de freiner la troisième vague de COVID-19 qui déferle sur le Québec, alimentée par la prolifération des nouveaux variants du coronavirus.

Même s’il ne juge pas encore alarmante la situation dans la métropole, son gouvernement a annoncé jeudi que le couvre-feu sera ramené de 21 h 30 à 20 h dès dimanche sur l'île de Montréal et à Laval, deux régions où vivent environ 30 % des Québécois.

Les mesures spéciales d'urgence en vigueur dans certains secteurs de la Capitale-Nationale, de Chaudière-Appalaches et de l'Outaouais seront également prolongées d'une semaine, malheureusement. En théorie, elles seront maintenues jusqu'au dimanche 18 avril inclusivement.

L’Estrie, sous haute surveillance, pourrait également basculer en zone rouge la semaine prochaine, a prévenu en conférence de presse le premier ministre, qui était flanqué comme à l'habitude du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, et du directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda.

S'il faut trancher, François Legault le fera lui-même. C'est moi qui va décider, a-t-il tonné dès le début de son allocution, irrité d'avoir entendu cette semaine des commentateurs lui reprocher d'avoir invoqué l'avis de la santé publique pour justifier son recul sur certains assouplissements accordés il y a quelques jours à peine.

Je m'assume. Si quelqu'un n'est pas content au Québec, il y a une personne à blâmer et c'est moi.

Une citation de :François Legault, premier ministre du Québec

Ses plus récentes décisions, a-t-il expliqué, sont motivées par l'explosion du nombre de nouveaux cas de COVID-19, notamment dans la région de Québec, qui a connu jeudi son plus lourd bilan, avec 436 nouvelles infections, soit 66 de plus qu'à Montréal.

Depuis le 1er avril, la Communauté métropolitaine de Québec (y compris Lévis), la ville de Gatineau et la MRC des Collines-de-l'Outaouais sont soumises à des mesures exceptionnelles, qui prévoient notamment la fermeture des écoles et des commerces non essentiels, de même que le respect du couvre-feu à 20 h.

Ces restrictions ont été étendues quelques jours plus tard à la Beauce, à la MRC de Bellechasse et à la MRC des Etchemins. Elles devaient à l'origine prendre fin le 12 avril.

MM. Legault, Dubé et Arruda ont spécifié jeudi que l'imposition d'un couvre-feu sur l'île de Montréal et à Laval était une mesure préventive afin d'éviter que ces deux régions soient emportées à leur tour par la troisième vague de COVID-19 – une éventualité qu'ils jugent probable.

Ça va aider aussi à mieux suivre ce qui se passe dans les maisons, dans les résidences et dans les logements, a fait valoir le premier ministre.

Et puis on espère que ça va nous aider à continuer de résister pendant un certain temps, a-t-il poursuivi. Parce que Montréal et Laval, c'est très dense. Ça veut dire que, si ça commence à exploser, ça pourrait rapidement créer de gros problèmes dans nos hôpitaux.

Ça peut arriver n'importe où! On n'est pas à l'abri d'une explosion de cas [...] donc il faut prendre conscience qu'il y a un danger. Qu'on a actuellement affaire à un variant qui est plus contagieux, plus vicieux.

Une citation de :François Legault, premier ministre du Québec

Le nombre de nouveaux cas a fait un bond jeudi dans l'ensemble du Québec avec 1609 nouvelles infections, une première depuis janvier.

Le nombre de personnes hospitalisées continue lui aussi de grimper : 566 personnes sont actuellement alitées en raison de la maladie, une hausse de 23 par rapport au bilan de mercredi. De ce nombre, 132 sont traitées aux soins intensifs.

Le ministre Dubé en conférence de presse.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Par ailleurs, le ministre Dubé dit avoir été agréablement surpris par le vif succès de la vaccination sans rendez-vous pour les Québécois âgés de 55 ans et plus.

Ceux-ci étaient déjà nombreux à faire la file, tôt mercredi matin, afin de recevoir leur première dose du vaccin d'AstraZeneca-Oxford, et ce, malgré les nombreuses critiques dont il a fait l'objet au cours des derniers mois.

On ne pensait jamais, je vais vous avouer, même dans mes plus beaux rêves des derniers jours, que je verrais autant de files d'attente, a admis M. Dubé.

C'est un peu ce que la pandémie nous apprend, a-t-il poursuivi. Il y a des choses qu'on ne pensait pas qui seraient possibles, et on se rend compte, quand on les essaie, que ça fonctionne.

Dans ce contexte, il n'est pas exclu que le gouvernement Legault privilégie la vaccination sans rendez-vous dans le futur. On est en train de l'analyser, a indiqué le ministre. J'ai très hâte de voir les résultats demain. On va s'ajuster encore une fois au cours des prochains jours. Ça, ça fait partie des meilleures pratiques.

Le ministre Dubé a également présenté jeudi 13 premiers pôles de vaccination en entreprise, qui participeront à l'effort collectif dans les prochains mois par le biais de ressources humaines et matérielles. Québec souhaite ainsi vacciner 500 000 Québécois entre les mois de mai et d'août.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !