•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un homme accusé de harcèlement criminel contre une femme d’origine asiatique

Une voiture de police.

Si une personne est victime d’un incident haineux, elle doit remplir un rapport en ligne.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Radio-Canada

Un homme de 44 ans fait face à des accusations de harcèlement criminel et de menaces de mort à l'encontre d'une femme d'origine asiatique dans le métro de Montréal, le 27 mars dernier.

Cet homme est connu des services policiers, a affirmé un porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). On a des raisons de croire qu'il aurait pu faire d'autres événements du genre avec la communauté asiatique ou d'autres communautés ethniques, a précisé Jean-Pierre Brabant.

Les événements allégués se sont produits dans un wagon de métro, à proximité de la station Lionel-Groulx.

Le suspect se serait dirigé vers une passagère, aurait posé des gestes envers elle pour tenter de l’intimider, l’aurait invectivée et aurait tenu des propos racistes.

La femme, Rebecca Ng, a filmé la scène à l’aide de son téléphone cellulaire, ce qui aurait rendu le suspect furieux.

En retour, ce dernier aurait fait le geste de pointer une arme vers elle et aurait imité le bruit d’un coup de feu.

Mme Ng a porté plainte à la police. Les enquêteurs du Module des incidents et des crimes haineux du SPVM, appuyés par les patrouilleurs du poste de quartier 38, ont identifié et arrêté le suspect, samedi dernier. L'homme a comparu le lendemain.

« On prend ça au sérieux »

Lorsque Rebecca Ng a formulé sa plainte à propos de quelque chose qui lui était arrivé dans le métro, les policiers lui ont affirmé être déjà au courant.

[Les policiers m'ont dit] oh, c'est à toi le clip qui circule en ce moment? On [en] a déjà entendu parler et on prend ça au sérieux.

Une citation de :Rebecca Ng, en entrevue à ICI RDI

Dans les médias et sur les réseaux sociaux, des membres de la communauté asiatique montréalaise disent être la cible de propos haineux depuis le début de la pandémie de coronavirus, en mars 2020. Certaines personnes les associent, à tort, à la propagation de la COVID-19.

Le porte-parole Jean-Pierre Brabant affirme que le SPVM demande à toute personne qui pense avoir été victime d'un crime haineux ou d'un crime de ce genre de se rendre dans un poste de police ou de remplir, en ligne, un rapport d'incident.

Avec les informations de Pascal Robidas

Toute personne victime d’un crime haineux doit immédiatement composer le 911. Si une personne est victime d’un incident haineux, elle doit remplir un rapport en ligne.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.