•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Saskatchewan envisage de changer de stratégie pour son plan de vaccination

Le centre de vaccination au volant de Regina

La photo a été prise au centre de vaccination au volant lundi 6 avril vers 11h du matin. (archives)

Photo : Tirée de Twitter / Jan Hanson

Radio-Canada

Le gouvernement provincial songe à la possibilité de remplacer le vaccin AstraZeneca, administré au centre de vaccination au volant de Regina, par celui Pfizer-BioNTech.

Précision :

Cet article a été publié avant que la Saskatchewan annonce que les personnes âgées de 53 et 54 ans peuvent maintenant se présenter au centre de vaccination au volant de la place Evraz à Regina.

Une photo publiée mardi sur les réseaux sociaux à la place Evraz montre une seule voiture en train d'attendre son tour sur le lieu de vaccination. La population admissible au vaccin dans la capitale provinciale semble de moins en moins désireuse de recevoir le vaccin d’AstraZeneca.

Le Comité consultatif national sur l'immunisation (CCNI) a effectivement recommandé de suspendre l'administration du vaccin AstraZeneca pour les personnes de moins de 55 ans en raison de quelques rares cas de thrombose signalés à la suite de la vaccination.

L’image diffusée sur Internet en début de semaine a fait le tour des réseaux sociaux et force le gouvernement à réévaluer la situation.

Panneau de signalisation indiquant le chemin à suivre pour aller se faire vacciner tout en restant au volant.

Le centre de vaccination au volant sans rendez-vous est ouvert aux personnes de plus de 55 ans pour le moment. (archives)

Photo : CBC/Mickey Djuric

Le premier ministre, Scott Moe, a avoué qu’il y a un problème à gérer, même s’il a assuré que lui-même accepterait le premier vaccin disponible. Peu importe que ce soit le vaccin d’AstraZeneca, Johnson & Johnson, Pfizer ou Moderna.

Le ministre de la Santé, Paul Merriman, dit que, pour le moment, la vaccination se fait par tranches d’âge et que modifier ce plan pourrait potentiellement avoir des conséquences sur les objectifs prévus.

En date du 7 avril, 36 000 doses du vaccin AstraZeneca restent disponibles dans la province. Pour les faire circuler avant leur expiration, le ministre de la Santé propose d’administrer dès maintenant les secondes doses pour les personnes ayant reçu leurs premières doses.

Nous examinons de nombreuses pistes différentes pour pouvoir faire circuler le vaccin d’AstraZeneca, assure Paul Merriman.

Prévisions revues à la hausse

Selon le médecin hygiéniste en chef de la Saskatchewan, Saqib Shahab, tous les résidents de plus de 18 ans auront accès au vaccin à la mi-mai.

Nous prévoyons que, d’ici la fin du mois d'avril, les personnes de plus de 40 ans seront vaccinées (...) Au début du mois de mai, ce sera au tour des plus de 30 ans et, à la mi-mai, tous les adultes de plus de 18 ans pourront avoir accès à leurs premières doses.

Si ces prévisions se réalisent, la Saskatchewan atteindra son objectif de vaccination en avance. Les autorités avaient précédemment déclaré leur volonté de voir tous les adultes recevoir leur première dose de vaccin d'ici la fin du mois de juin.

Un survivant de la COVID-19 veut une nouvelle stratégie

Un serveur de 34 ans, Matthew Cardinal, est encore actuellement en train de récupérer de la COVID-19 à l'hôpital après avoir été sous assistance respiratoire aux soins intensifs à l’Hôpital général de Regina.

Le jeune homme, qui a contracté le variant britannique du coronavirus, demande que le gouvernement change son plan de vaccination pour y inclure des travailleurs essentiels comme des employés d’épiceries, les serveurs et les livreurs.

Même s’il dit comprendre que les doses de vaccin restent actuellement limitées, il considère que ces travailleurs sont exposés à la COVID-19 en raison de leur métier.

J'ai peur d'être de nouveau aux soins intensifs. J'ai fait un rêve la veille et je me suis réveillé en criant parce que je pensais que j'étais de nouveau sous assistance respiratoire.

Matthew Cardinal dit garder des séquelles psychologiques de son passage aux soins intensifs de l’hôpital. Le nombre de jeunes patients de son âge rencontrés sur place l'inquiète et il espère que le gouvernement pourra inclure une nouvelle catégorie de personnes admissibles au vaccin sous peu.

Pour l'instant, le jeune homme récupère tranquillement et espère pouvoir sortir prendre l’air et profiter du printemps sous peu.

Avec les informations de Guy Quenneville et Kendall Latimer

Découvrez-vous comment fonctionnent les vaccins contre le SRAS-CoV-2.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !