•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3e vague : des voix s'élèvent pour réclamer des mesures plus strictes en Alberta

Une infirmière.

Ce n'est pas la première fois que des médecins albertains demandent l’imposition de mesures strictes pour endiguer la propagation de la COVID-19.

Photo : Vancouver Coastal Health

Radio-Canada

Un groupe de médecins albertains demande à la province d’en faire plus pour court-circuiter la 3e vague du virus qui cause la COVID-19, en imposant notamment un confinement complet. Ne pas le faire, c'est risquer une augmentation des décès et une dangereuse pression sur les soins de santé de première ligne, disent-ils.

Nous devons adopter des mesures à l'échelle de la société si nous voulons un jour faire baisser les chiffres, a déclaré le Dr James Talbot, coprésident du comité COVID-19 de l’Association du personnel soignant de la zone d’Edmonton.

Le groupe de médecins composé, entre autres, de membres de l'Association du personnel soignant de la zone de Calgary et de la zone d’Edmonton, demande à la province d’introduire immédiatement des restrictions radicales, dont l'ordre de rester à la maison et la fermeture prolongée des entreprises non essentielles, des salles de classe et des lieux de culte dans la province.

De demi-mesures, croient les médecins

Malgorzata Gasperowicz, biologiste du développement à l'Université de Calgary, croit que les nouvelles restrictions annoncées mardi ralentiront la hausse des cas, mais sans l'arrêter, en raison des variants hautement contagieux du virus qui continuent de se propager dans la province.

Une superposition de restrictions plus strictes n’est pas la solution et il n’y a aucun intérêt à imposer un confinement complet , a répondu, mercredi, le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney.

Il a ajouté que les restrictions ciblées sont suffisamment sévères pour ralentir la flambée actuelle des cas de COVID-19 et donner à la province le temps d’intensifier son programme de vaccination.

Ce n'est pas la première fois quedes médecins demandent l’imposition d’une telle mesure pour endiguer la propagation de la COVID-19.

L'Alberta : chef de file des cas actifs

Craig Jenne, professeur adjoint au département de microbiologie, d'immunologie et de maladies infectieuses de l'Université de Calgary, rappelle que l'Alberta est le chef de file en matière de cas actifs et de taux de cas de variants pour 100 000 habitants au pays.

Il ajoute que le taux de positivité et le nombre d'hospitalisations restent très préoccupants pour les prestataires de soins de santé, qui ont déjà fait face à une lourde charge en plus d'un an de pandémie.

Nous sommes à nouveau face à ce fardeau critique pour la santé, dit-il. Il s'agit d'un problème urgent ici qui doit être résolu immédiatement.

D'autres provinces ont réagi beaucoup plus rapidement et beaucoup plus sévèrement, alors qu'ils avaient moins de personnes infectieuses dans la communauté.

Une citation de :Craig Jenne, professeur adjoint au département de microbiologie, d'immunologie et de maladies infectieuses de l'Université de Calgary

Le maire de Calgary, Naheed Nenshi demande lui aussi de nouvelles mesures pour freiner la troisième vague. Il est temps d’avoir une discussion sérieuse sur la fermeture des écoles secondaires et sur les personnes qui se font vacciner, estime-t-il.

Seize députés conservateurs ont pour leur part publié une lettre, mercredi, pour dénoncer les restrictions sanitaires imposées en Alberta. Mais, contrairement aux médecins et au maire de Calgary, ils critiquent le resserrement de mesures par leur propre gouvernement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !