•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination sans rendez-vous : les Québécois répondent à l'appel

Des gens en file.

Il y avait une longue file d'attente jeudi matin au stade olympique afin de mettre la main sur un précieux coupon permettant de se faire vacciner.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

C'est le début de la vaccination sans rendez-vous au Québec pour les citoyens de 55 ans et plus. Près d'une quarantaine de cliniques à travers la province permettent désormais à ceux qui le désirent de recevoir le vaccin d'AstraZeneca contre la COVID-19.

À Québec, les coupons donnant accès à un rendez-vous ont rapidement trouvé preneurs ce matin. Mettre la main sur un de ces coupon permet de se faire vacciner le jour même.

Moins d'une quinzaine de minutes après l'ouverture, à 6 h, la clinique située à L'Ancienne-Lorette, soit l'une des deux cliniques pour la vaccination sans rendez-vous dans la Capitale-Nationale, avait distribué 300 coupons. À l'Institut universitaire en santé mentale de Québec, 960 coupons ont été donnés avant 7 h du matin.

En Outaouais, où les cas de COVID-19 et les hospitalisations qui en découlent sont à la hausse, la file n'a pas tardé à se former à l'entrée du Palais des congrès de Gatineau. Dès 7 h, une centaine de personnes attendaient pour obtenir un rendez-vous.

Pareil scénario a pu être observé à Jonquière, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, comme à Sherbrooke, en Estrie.

Une longue file d'attente dans un stationnement un matin de printemps.

Au Palais des congrès de Gatineau, la file s'est formée avant l'ouverture de la clinique de vaccination.

Photo : Radio-Canada / Patrick Louiseize

Du côté de Montréal, où 7 cliniques accueillent les Québécois de 55 à 79 ans, des centaines de personnes étaient aussi en file avant l'ouverture, à 8 h, devant le stade olympique. Pour cette clinique seulement, 2000 doses ont été rendues disponibles.

Dans le cas de la métropole, les personnes désirant se faire vacciner avec l'AstraZeneca devront faire la file à l'extérieur, ont expliqué les autorités sanitaires. Si cette file est évaluée à plus d'une heure d'attente, les personnes se verront remettre un coupon précisant l'heure à laquelle revenir.

Pendant ce temps, à Shawinigan, la clinique installée dans l'aréna Gilles-Bourassa s'apprête à accueillir jusqu'à 50 personnes toutes les 15 minutes, de 8 h à 20 h, a assuré le CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec. D'autres centres de vaccination ouvriront au cours des prochains jours dans la région, notamment à Trois-Rivières et à Drummondville.

Notons que le lieu de résidence n'est pas un facteur déterminant pour s'inscrire au sans rendez-vous : les cliniques acceptent les visiteurs de n'importe quelle région du Québec, à condition que ceux-ci soient nés au plus tard en 1966, a précisé une porte-parole de la santé publique.

Un homme montre un coupon permettant de se faire vacciner.

Daniel Fullum, de Repentigny, était heureux d'avoir pu mettre la main sur un précieux coupon.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Des cliniques sans rendez-vous jusqu’à dimanche

Très content de la réponse des Québécois, le ministre de la Santé, Christian Dubé, était de passage au stade olympique jeudi matin pour témoigner de cet engouement.

Le ministre a assuré que des ajustements seront apportés dès vendredi afin de s’assurer que les cliniques ne manquent pas de doses. La santé publique, a-t-il expliqué, s’était gardé une marge de manœuvre pour que les vaccins soient acheminés vers les sites qui en ont le plus besoin.

Mais face à l'impressionnante participation des citoyens – qui n'a pas encore été chiffrée – le ministère de la Santé a décidé d'envoyer toutes les doses qui avaient été retenues par les autorités, le temps d'évaluer le déroulement de la vaccination sans rendez-vous.

Le ministre Dubé estime que la campagne pourrait se poursuivre jusqu’à dimanche; ne reste qu’à voir si l’intérêt des Québécois se maintient.

Il ne faut pas oublier que la prise de rendez-vous recommence demain [vendredi], a-t-il souligné.

Questionné sur le nombre de doses qui seront administrées jeudi, le ministre a répondu : J'aimerais ça qu'on me surprenne!

Un vaccin controversé

L'engouement pour la vaccination sans rendez-vous est une bonne nouvelle pour les autorités québécoises, qui tentent de mettre les bouchées doubles afin de freiner la transmission des variants et d'endiguer la troisième vague.

D'autant plus qu'il s'agit du vaccin d'AstraZeneca, dont l'efficacité et la sûreté avaient récemment été remises en cause.

Le ministre Christian Dubé, qui a lui-même reçu le vaccin d'AstraZeneca, a encouragé les Québécois à s'inscrire au sans rendez-vous, considérant la récente résurgence du virus et de ses variants. Ceux qui décideraient de ne pas se faire vacciner avec AstraZeneca devront prendre leur mal en patience avant de recevoir leur première dose, a-t-il expliqué mercredi en point de presse.

Il revient aux Québécois de faire un choix éclairé, a-t-il ajouté.

Le Comité consultatif national sur l'immunisation a recommandé de ne pas avoir recours à ce vaccin pour les adultes de moins de 55 ans, en raison de cas graves, quoique rares, de caillots sanguins survenus après l'inoculation du vaccin en Europe. À la fin mars, plusieurs provinces avaient suspendu son utilisation pour cette tranche d'âge.

Le lien entre ce vaccin et l'apparition de caillots sanguins rares causés par une faible numération plaquettaire est néanmoins de plus en plus difficile à ignorer, ont déclaré mercredi l'Agence européenne des médicaments (EMA) et l'Agence britannique de réglementation des médicaments et des produits de santé.

Elles sont toutefois incapables d'expliquer l'origine exacte de ces caillots et continuent de souligner que les bénéfices du vaccin surpassent de loin les risques.

Certaines cliniques du Bas-Saint-Laurent, du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de la Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine et de la Côte-Nord commenceront leur campagne de vaccination sans rendez-vous vendredi seulement.

Les résidents de l'Abitibi-Témiscamingue n'y auront toutefois pas droit : le vaccin d'AstraZeneca ne peut être inoculé en raison de la transmission des variants qui a cours dans cette région, a indiqué la santé publique.

En date de mercredi, un total de 1 636 310 doses de vaccin contre la COVID-19 avaient été administrées dans la province. Les autorités sanitaires ont reçu jusqu'à présent 2 358 095 doses.

Le Canada s'attend à recevoir environ 6,4 millions de doses d'AstraZeneca d'ici la fin juin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !