•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le climat de travail se dégrade à l'hôtel de ville de Drummondville

L'hôtel de ville de Drummondville.

Les autorités à Drummondville surveillent de près le niveau de la rivière Saint-François, qui menace de sortir de son lit dans certains secteurs.

Photo : Radio-Canada

Jean-François Dumas

Attaques personnelles, commentaires blessants et irrespectueux, le climat de travail à l'hôtel de ville de Drummondville s'est dégradé ces derniers mois, selon des conseillers municipaux. La cause, d'après eux, est le nouveau maire Alain Carrier.

C'est un climat improductif et un climat de tension, dénonce John Husk, conseiller municipal depuis une douzaine d'années. Il affirme ne jamais avoir subi un climat de travail aussi tendu à l'hôtel de ville de Drummondville que depuis l'arrivée du nouveau maire, Alain Carrier.

À partir du moment où un maire annonce par exemple un projet de stationnement à étage sans en avoir parlé au conseil ou [...] qu'il dit qu'il ne s'entendra jamais avec un élu pour une divergence sur un seul dossier, ça crée malheureusement un climat de tension, regrette-t-il.

Ce climat pousse aujourd'hui la conseillère Annick Bellavance à démissionner du comité exécutif. Dans cette lettre, la femme en poste depuis 12 ans évoque des attaques personnelles et un manque de confiance mutuelle pour motiver sa décision.

Dans les derniers temps, j'en suis venu à la conclusion que ça ne me convenait plus. J'ai décidé de prendre la décision de démissionner du comité exécutif parce que ça ne respecte pas mes convictions et mes valeurs, explique-t-elle en entrevue avec Radio-Canada Estrie.

Un climat de travail tendu

Plusieurs autres conseillers confirment l'existence de ce climat tendu. L'enjeu a même été soulevé par le directeur général de la Ville dans une lettre datant du mois de février où il rappelle aux élus leurs obligations après que des situations turbulentes, des commentaires irrespectueux et blessants lui aient été rapportés.

Le maire Alain Carrier affirme que la lettre à été acheminée à son initiative et dément manquer de respect à quiconque. On voit que les élections approchent, lance M. Carrier. La meilleure preuve que vous pouvez avoir c'est d'aller écouter notre dernière séance du conseil qui est télévisée. On voit clairement que je laisse tout le monde s'exprimer, certains plus qu'une fois. Je n’ai jamais intimidé personne, se défend-il.

Malgré cette explication du maire, le conseiller John Husk persiste et signe. Des changements s'imposent rapidement pour le bien de tous, selon lui. Ce que je souhaite, c'est d'avoir un climat de travail sain pour que tout le monde soit à l'aise d'exprimer son opinion sans avoir de crainte de subir des attaques personnelles, dit-il.

L'élu affirme tendre la main au maire en souhaitant que cette sortie publique favorise le retour d'une certaine quiétude.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !