•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

John Horgan dénonce les voyageurs qui se rendent sur l'île de Vancouver

Un ferry.

BC Ferries a ajouté des traversées supplémentaires au cours du long week-end de Pâques (archives).

Photo : getty images/istockphoto / davemantel

Radio-Canada

Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, estime qu'il est « absolument scandaleux » que des gens se déplacent entre le continent et l’île de Vancouver pour passer leurs vacances en ce temps de pandémie, mais n'a pas l'intention d’imposer des restrictions de voyage.

Que devons-nous faire? Les arrêter?, a-t-il déclaré à l'émission On the Island.

M. Horgan reconnaît que la province peut restreindre les voyages en traversier, et l'a fait dans le passé, mais il dit que ce n'était pas nécessairement à bon escient […] Je comprends que nous voulons être comme la Nouvelle-Zélande, mais nous ne pouvons pas l'être.

BC Ferries a ajouté des traversées pendant le long week-end de Pâques pour aider les passagers à garder une distance physique sécuritaire. Cependant, le trafic a été inférieur au week-end de Pâques 2019, avec une différence de 63 % pour les passagers à pied et de 46 % pour le trafic de véhicules.

Les voyages en cause

L'intervention du premier ministre intervient au lendemain d'une déclaration de la médecin hygiéniste en chef, Bonnie Henry, selon qui les voyages inutiles et les rassemblements sociaux alimentent le feu des variants préoccupants.

Selon la Dre Henry, la transmission du variant brésilien (P1) de la COVID-19 est une préoccupation et que certains cas ont été retracés jusqu'à des personnes s'étant rendues à Whistler en février.

Il était probable que des visiteurs d'autres régions du Canada aient initialement introduit cette souche, indique-t-elle.

La station de ski Whistler Blackcomb a depuis fermé pour le reste de la saison hivernale.

Bien que la plupart des cas du variant P1 aient été détectés dans la région métropolitaine de Vancouver, il y a également des cas confirmés sur l'île de Vancouver.

Le médecin hygiéniste en chef de la régie de la santé de l'île de Vancouver, Richard Stanwick, affirme que la plupart de ces cas sont associés à des voyages : Ceux que nous avons examinés sont en grande partie le résultat de personnes qui se sont rendues à Whistler, dans le Grand Vancouver, ou ont été exposées essentiellement à quelqu'un du continent.

Les voyages internationaux sont également un facteur de propagation de la COVID-19. Jusqu'à présent cette année, plus de 400 vols à destination ou en provenance de Vancouver ont été inscrits sur la liste d'exposition en vol à la COVID-19 par le Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique.

Il s'agissait surtout de vols intérieurs, mais la liste comprend également des vols internationaux à destination et en provenance des États-Unis, de l'Inde, du Mexique et d'autres pays, aussi récemment que le 3 avril.

Avec des informations d'On The Island et de Gregor Craigie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !