•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Confinement strict : déception dans le Nord de l’Ontario

Un élève marche devant un autobus scolaire.

Le gouvernement Ford a choisi de garder les écoles ouvertes malgré l'ordre de rester à la maison.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Radio-Canada

Des propriétaires d’entreprises et des politiciens se disent déçus par la décision du gouvernement Ford d’imposer à toute la province un ordre de rester à la maison, qui entre en vigueur dès jeudi.

Pour la conseillère municipale de North Bay Johanne Brousseau, la série de mesures proposées est triste pour les entrepreneurs. Plusieurs entreprises devront fermer leurs portes alors que d'autres devront se limiter à la livraison et aux commandes pour emporter.

À peine sortie du confinement depuis quelques semaines, la région de North Bay aurait dû être épargnée par un nouveau confinement, selon elle.

La conseillère municipale de North Bay, Johanne Brousseau.

La conseillère municipale Johanne Brousseau préside le département de développement économique de la Ville de North Bay.

Photo : Avec l'autorisation de Johanne Brousseau

J’aurais préféré que l’on fasse comme le Québec et qu’on impose ces mesures par région, dit-elle. J’ai l’impression que ces mesures sont prises dans l’intérêt de Toronto et des autres régions à grande population, ajoute-t-elle.

Les gens d’affaires doivent jouer au yo-yo

Pour Joanne Vallière, propriétaire d‘Audio Video and Home Furnishings à Nipissing Ouest, ne cache pas sa déception de voir l’ordre à la maison être imposé pour sa région.

0fdddee18181440c8ad38b6ba9ae5d6e

Joanne Vallière estime que les mesures imposées aux magasins à grande surface vont aider à diminuer le nombre d'infections.

Photo : Radio-Canada / Frederic Projean

Si elle se réjouit que les mesures soient aussi imposées aux magasins à grande surface, qui devront ne vendre que des biens essentiels, elle se dit triste de ne pouvoir qu’offrir un service pour emporter.

Malgré tout, elle pense que ces restrictions vont inciter les gens à rester à la maison et que ces fermetures vont aider à diminuer le nombre de nouvelles infections.

Ce poids sur ses épaules, Mme Vallière le ressent aussi en raison des nombreuses fois que les commerces ont dû s’adapter depuis le début de la pandémie.

Les gens d’affaires doivent jouer au yo-yo, je pensais embaucher quelqu’un, mais avec le nouveau confinement je vais encore devoir repousser cette embauche et couper des heures de travail une fois de plus, explique-t-elle.

Cette annonce est frustrante pour John Lalonde, le propriétaire du magasin Session Ride Company à Sudbury.

Un homme qui porte un masque noir et une casquette

John Lalonde est propriétaire du magasin Sessions Ride Company de Sudbury, qui vend notamment des vélos.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Il ne comprend pas pourquoi son magasin, qui a dû réduire son achalandage à un client à la fois à l’intérieur, pourrait être un risque de propager la COVID-19.

C’est beaucoup plus les magasins à grande surface que nous qui sont des risques, explique-t-il.

En ce qui a trait aux nouvelles restrictions imposées, il croit que celles-ci vont grandement affecter son commerce.

Essayez de vendre un vélo alors que les clients ne peuvent pas venir le voir à l’intérieur, ajoute-t-il. Nous vendons une cinquantaine de modèles de casques de vélos, comment est-ce que nos clients peuvent choisir sans les voir ou les toucher?

Des mesures prudentes pour la situation

La médecin hygiéniste de Santé publique Sudbury et districts, la Dre Penny Sutcliffe, se dit contente des mesures qui sont proposées par le gouvernement, en raison notamment de la circulation des variants préoccupants dans la région.

Une femme devant un micro.

La médecin hygiéniste de Santé publique Sudbury et districts, la Dre Penny Sutcliffe.

Photo : Radio-Canada / Zacharie Routhier

Nous avons presque 50 % de nos nouveaux cas qui sont des variants qui circulent dans notre région, on voit des cas qui augmentent et de nouvelles éclosions, c’est le temps d’avoir des mesures plus strictes, dit-elle.

Elle affirme croiser les doigts et garder espoir de voir une continuité dans la diminution des nouvelles infections dans la région grâce aux nouvelles mesures.

Pour la médecin hygiéniste du bureau de santé publique du Nord-Ouest, la Dre Kit Young Hoon, cette mesure est bien ciblée puisque dans sa région, la transmission se fait surtout dans des cas où les gens interagissent avec des personnes de l’extérieur de leur maison.

Elle considère que les écoles sont sécuritaires. Malgré tout, la santé publique de sa région pourrait fermer les écoles si la situation empirait, confirme-t-elle.

Elle ajoute que l’ordre de rester à la maison pourrait aider sa région à ne pas être infectée malgré la hausse des cas dans la région voisine de Thunder Bay.

Avec les informations de Bienvenu Senga

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !