•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des militants de Projet Montréal proposent de désarmer les patrouilleurs du SPVM

Le parti débattra de son programme politique ce week-end en vue du scrutin de novembre.

Une policière vêtue de l'uniforme réglementaire du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM)

Les policiers du SPVM ont-ils vraiment besoin d'être armés en tout temps? Des militants de Projet Montréal se posent la question.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Des discussions animées sont à prévoir en fin de semaine, alors que les membres de la formation politique de la mairesse Valérie Plante seront réunis devant leur écran pour mettre à jour leur programme en prévision des élections automnales.

Une centaine de propositions d'amendement ont été déposées par les instances de Projet Montréal, dont une trentaine, minimalement, seront soumises au vote des militants.

Pandémie oblige, le congrès du parti se déroulera une fois de plus en mode virtuel, cette année. Mais les débats ne s'annoncent pas ennuyants pour autant.

Au contraire, des propositions audacieuses figurent au cahier des participants, à commencer par celle déposée par les militants d'Outremont, de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve et de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, qui souhaiteraient désarmer les patrouilleurs du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Ces instances proposent en fait de revoir la nécessité que tous les agents du corps policier portent une arme à feu, en s’inspirant de l’expérience de certains pays européens, où seules certaines brigades spécialisées sont armées, et mettre en branle un projet-pilote à cet effet.

Je comprends que ça ne fait pas partie du débat actuel, convient le président du parti, Guedwig Bernier. Mais on a des membres qui voient ce qui se fait ailleurs et qui se disent : "pouvons-nous avoir ce débat?".

M. Bernier ne s'attend pas à ce que cette proposition soit un enjeu tranchant, en fin de semaine. Mais d'autres pourraient le devenir.

L'association locale d'Ahuntsic-Cartierville propose par exemple de mettre en place un fonds pour fin d’expropriations en zone riveraine afin de créer des parcs linéaires.

Les militants du Plateau-Mont-Royal suggèrent quant à eux de demander à Québec de transférer à Montréal certains pouvoirs du Tribunal administratif du logement afin de réglementer l’encadrement des conditions de modifications au bail, dont les ajustements de loyers, les reprises et les évictions.

Autant de propositions qui seront débattues en fin de semaine pour jeter les bases de la plateforme électorale que présenteront Projet Montréal et sa chef Valérie Plante lors de la campagne électorale de cet automne.

Un homme marche sur un trottoir.

Le président de Projet Montréal, Guedwig Bernier.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le parti profitera du scrutin de cette année pour présenter un plus grand nombre de candidats issus de la diversité, a de nouveau promis Guedwig Bernier.

Une des clés, c'est de s'assurer d'avoir ces candidats-là dans des lieux où nous avons déjà gagné, juge-t-il. Je pense qu'en 2021, il nous faut des gens qui ressemblent à la population montréalaise à tous les postes. À tous les postes! Maires et mairies d'arrondissement inclus.

En 2017, Projet Montréal a enlevé 11 des 19 mairies d'arrondissement. Elle en détient 10 à l'heure actuelle. Mais parmi ces six maires et ces quatre mairesses, personne n'a encore annoncé son intention de laisser sa place en vue du scrutin de novembre.

Pendant ce temps, Denis Coderre rassemble ses troupes. L'ex-maire de Montréal, défait en 2017 par Valérie Plante, a dirigé mercredi son premier caucus à la tête d'Ensemble Montréal, qui l'a couronné la semaine dernière.

M. Coderre, qui a annoncé son retour en politique municipale il y a 10 jours à l'émission Tout le monde en parle, s'est dit heureux de retrouver ses anciens collègues.

Ensemble Montréal forme actuellement l'opposition officielle à l'Hôtel de Ville. Le parti compte une trentaine de conseillers et de maires d'arrondissement, pour la plupart élus sous la bannière de l'Équipe Denis Coderre pour Montréal en 2017.

Avec la collaboration de Mathieu Prost

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !