•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du procès pour le meurtre d'un musicien à Montréal

Un homme sourit sur une photo.

Le musicien Cédric Gagnon a été assassiné le 4 juillet 2018 dans un appartement du Mile-End, à Montréal.

Photo : Radio-Canada / CBC

Le procès pour meurtre prémédité d'un Montréalais de 54 ans accusé d’avoir tué le musicien Cédric Gagnon, 39 ans, en le frappant avec une « guitare basse » dans son appartement du Mile-End, le 4 juillet 2018, s'est ouvert mercredi au palais de justice de Montréal. Raymond Henry Muller est aussi accusé d'outrage au cadavre.

Ce n'est pas de la fiction, c'est la réalité, a déclaré la procureure aux poursuites criminelles et pénales dans son exposé d'ouverture. Me Marie-Claude Bourassa a prévenu le jury que des détails explicites du meurtre pourraient être difficiles à entendre au cours du procès.

L'accusé, lui-même musicien, demeurait dans un appartement qui lui servait également de studio de musique, rue Bernard. Le lieu était connu sous le nom de Rock Hotel.

Le 31 août 2018, la police est intervenue chez Raymond Henry Muller après qu'il eut tenté de mettre fin à ses jours.

Il aurait laissé une lettre dans laquelle il avouait avoir tué Cédric Gagnon près de deux mois plus tôt, alors que celui-ci dormait sur un sofa du studio.

Cédric Gagnon photographié alors qu'il jouait de la guitare.

L'accusé a reconnu avoir tué Cédric Gagnon alors qu'il dormait sur un divan.

Photo : Radio-Canada / CBC

Après avoir été soigné à l'hôpital pour les blessures qu'il s'était infligées, Raymond Henry Muller aurait fait une confession très détaillée dans laquelle il expliquait avoir planifié le meurtre et avoir disposé du corps et des effets personnels de la victime.

Le corps de Cédric Gagnon n'a jamais été retrouvé, puisque l'accusé l'aurait démembré avant d'en disposer, a expliqué Me Bourassa.

La procureure de la Couronne est accompagnée de Me Alexis Dinelle. Raymond Henry Muller est quant à lui représenté par les avocats Jordan Trevick et Andrew Barbacki.

Le procès se tient devant la juge Lyne Décarie de la Cour supérieure du Québec.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.