•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Shaw Communications se retire des prochaines enchères pour le spectre sans fil

Une enseigne et un drapeau devant la siège social de Shaw Communications.

Le siège de la compagnie Shaw Communications est établi à Calgary, en Alberta.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

La Presse canadienne

Freedom Mobile et sa société mère Shaw Communications ne participeront pas à une prochaine vente aux enchères du spectre sans fil considérée comme étant cruciale dans le développement des réseaux 5G.

Les deux entreprises n'apparaissent pas sur une liste publiée par Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE) qui dévoile quels groupes de télécommunications se sont inscrits pour participer aux enchères du 15 juin.

Les enchères du spectre de la bande de 3500 mégahertz permettront aux soumissionnaires gagnants de mettre la main sur une capacité pour construire et accélérer leurs réseaux sans fil 5G, qui sont installés autour du monde.

Certains observateurs s'étaient déjà demandé si Freedom serait toujours en mesure d'exercer une pression concurrentielle sur les trois grands fournisseurs de sans-fil au pays, puisque Shaw a annoncé en mars avoir conclu un accord qui la verra être acquise par Rogers Communications pour 26 milliards de dollars.

Un porte-parole de Freedom a indiqué que la société n'avait aucun commentaire à faire sur les enchères.

Freedom est présente dans trois provinces – l'Ontario, l'Alberta et la Colombie-Britannique – et est le quatrième plus grand fournisseur de sans-fil en nombre d'abonnés. Il reste malgré tout de bien plus petite taille que Rogers, BCE et Telus, qui détiennent ensemble plus de 90 % du marché.

Outre les trois géants des télécoms, la liste de 24 soumissionnaires potentiels comprend certains candidats de plus petite taille, dont Bragg Communications, société mère d'Eastlink, et Vidéotron, propriété de Québecor.

Le rachat proposé par Rogers de Shaw, qui nécessitera des approbations réglementaires, a fait l'objet d'audiences aux Communes devant le Comité permanent de l'industrie, des sciences et de la technologie.

La plupart des députés libéraux et de l'opposition qui siègent au comité se sont dits préoccupés par l'impact de la transaction sur la concurrence et certains se sont demandé comment son annonce affecterait la vente aux enchères.

Le chef de la direction de Rogers, Joe Natale, celui de Shaw, Brad Shaw, et d'autres responsables d'entreprises de sans-fil qui ont comparu au cours des deux dernières semaines ont affirmé qu'ils ne pouvaient pas discuter des détails de la vente aux enchères.

Cependant, les critiques de l'influence des trois géants des télécoms sur l'industrie ont affirmé que les consommateurs et les plus petits concurrents de secteur seraient perdants si Freedom n'était plus une option indépendante forte face à Rogers, Bell et Telus.

Les autres participants aux enchères comprenaient Saskatchewan Telecommunications (SaskTel), qui est détenue par le gouvernement provincial, et TechSavvy, une société privée ontarienne qui fournit des services Internet et de télévision dans plusieurs provinces.

Une liste finale des participants aux enchères sera dévoilée le 22 avril.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !