•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maladie inconnue au N.-B. : un recours collectif pourrait voir le jour

Un ou une scientifique dans un laboratoire.

Les symptômes de la maladie inconnue s’apparentent à ceux des maladies à prions, qui englobent notamment la maladie de Creutzfeldt-Jakob et certains de ses variants, dont la maladie de la vache folle.

Photo : Reuters

Pascal Raiche-Nogue

Des avocats surveillent de près la maladie neurologique inconnue qui a fait six morts jusqu'à maintenant au Nouveau-Brunswick. Ils mènent une enquête qui pourrait éventuellement mener à un recours collectif.

Ce mystérieux syndrome – qui cause bien des inquiétudes dans la Péninsule acadienne et dans la région de Moncton – est sur le radar du cabinet Wagners, basé à Halifax.

C’est ce qu’explique l’avocat Nick Hooper, en entrevue avec Radio-Canada.

Nous sommes préoccupés, puisque les indications préliminaires semblent indiquer que cela pourrait être lié à un contaminant environnemental. La question qui est encore plus importante, c’est de savoir si quelque chose aurait pu être fait pour la prévenir.

Une citation de :Nick Hooper, avocat au cabinet Wagners

Jusqu’à maintenant, 44 cas ont été répertoriés au Nouveau-Brunswick. Six personnes atteintes de la maladie sont décédées. Les chercheurs ignorent toujours ses causes, mais pensent qu’elles pourraient être environnementales.

Ses symptômes à surveiller sont des changements de comportement, des troubles du sommeil, des douleurs inexpliquées, des hallucinations visuelles, des troubles de coordination ainsi qu’une atrophie musculaire et sévère du cerveau.

Me Hooper – qui est originaire du Nouveau-Brunswick et qui représente régulièrement les participants à des recours collectifs – affirme que son équipe a déjà parlé à des personnes qui sont atteintes ou qui pourraient être atteintes de cette maladie inconnue.

Pour l’instant, le travail du cabinet Wagners est embryonnaire. Lorsque l’on demande à Nick Hooper quelles personnes ou quelles entités pourraient être ciblées par un éventuel recours collectif, il répond qu’il l’ignore pour l’instant.

Cela n’est pas clair. Ce ne sera pas clair avant que l’on connaisse la source ou la cause de la maladie. Nous faisons une enquête pour voir si une réponse légale quelconque peut être appropriée. Mais il y a de nombreuses choses inconnues, puisque l’on ne connaît pas la cause.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !