•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les parents de Logan Boulet souhaitent rencontrer ceux qui ont reçu ses organes

Bernadine et Toby Boulet chez eux.

Bernadine et Toby Boulet, les parents du défunt joueur de hockey des Broncos de Humboldt Logan Boulet, n'ont reçu que des lettres de la part des personnes transplantées avec les organes de leur fils. (archives)

Photo : La Presse canadienne / David Rossiter

Radio-Canada

La mère de l’ancien défenseur des Broncos de Humboldt Logan Boulet donnerait tout pour entendre le cœur de son fils battre à nouveau.

Bernadine Boulet est décidée : J’adorerais rencontrer la personne qui a reçu le cœur de Logan et l’entendre battre à nouveau.

Logon Boulet avait 21 ans quand il a perdu la vie dans le terrible accident d'autocar de l’équipe de hockey junior des Broncos de Humboldt, qui a fait 16 morts et 13 blessés il y a trois ans.

Suivant les conseils de son entraîneur et mentor, Ric Suggitt, le jeune homme avait signé une carte de donneur d’organe lors de son anniversaire, une semaine avant sa mort. Il avait alors fait part de sa décision à sa famille.

Une photo de Logan Boulet.

Logan Boulet a incité des milliers de personnes à signer leur carte de don d'organes. (archives)

Photo : Ligue de hockey junior de la Saskatchewan

Le père de Logan, Toby, est fier de son fils : Il a amélioré la vie de six personnes, on peut dire qu’il a sauvé la vie de six personnes.

Cette décision a incité près de 300 000 Canadiens à signer une carte de donneur. Ce phénomène a un nom sur les réseaux sociaux : l’effet Logan Boulet.

Pour augmenter la visibilité du don d’organes, l’Association canadienne des greffés a lancé la Journée du chandail vert, en l’honneur du geste de Logan Boulet.

Des chandails verts où il est inscrit : Journée des t-shirts verts.

La Journée du chandail vert cherche à sensibiliser les Canadiens au don d'organes. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Selon l’organisme, 90 % des Canadiens soutiennent le don d’organes, mais seulement 23 % ont signé leur carte de donneur. D’autre part, 4500 personnes attendent une greffe au pays et près de 250 meurent chaque année faute de recevoir un organe.

Impossible de rencontrer les greffés en Saskatchewan

Bien que les parents de Logan Boulet souhaitent rencontrer celles et ceux qui ont reçu les organes de leur fils, les lois de la Saskatchewan sont peu flexibles sur ce point-là.

Dans cette province, la famille du donneur ou la personne greffée peut écrire une lettre, mais doit passer par le programme de don d'organes, qui vérifie que rien ne permet de découvrir l’identité des parties.

La coordinatrice du programme, Robin Partyka, qualifie cette politique de traditionnelle. Nous ne permettons pas les rencontres en Saskatchewan en raison de la loi, mais nous facilitons les échanges écrits.

Bernadine Boulet accepte cette façon de procéder. Ils ne veulent pas que les greffés sonnent à notre porte pour l’anniversaire de Logan ou alors pour celui de leur transplantation, dit Mme Boulet. Ils veulent nous protéger.

Certaines provinces, comme la Colombie-Britannique, permettent les rencontres entre les familles de donneurs et les transplantés. Il faut toutefois que les deux parties l'acceptent.

Les parents de Logan Boulet ont reçu deux lettres de la part de personnes greffées depuis le décès de leur fils. Ils en sont reconnaissants.

C’est beau de savoir que quelqu’un a pris le temps d’écrire une lettre, affirme Toby Boulet. Nous n’avons pas encore répondu, car nous avons du mal à rester anonymes.

Quand votre fils est le donneur d'organes le plus célèbre du Canada, comment faites-vous pour dire merci sans dévoiler qui vous êtes? Nous n’avons pas encore trouvé la réponse.

Une citation de :Toby Boulet

Ceux qui souhaitent devenir donneurs d'organes peuvent s’inscrire sur le site www.liveon.ca (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Avec les informations de Karen Pauls

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !