•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’ex-juge Jacques Delisle aura droit à un nouveau procès

Jacques Delisle purge une peine de prison à vie pour le meurtre prémédité de sa femme, Nicole Rainville.

Jacques Delisle purge une peine de prison à vie pour le meurtre prémédité de sa femme, Nicole Rainville.

Photo : Radio-Canada

Plus de six ans après sa demande de révision judiciaire, l’ex-juge Jacques Delisle, qui purge une peine de prison à vie depuis 2012 pour le meurtre de sa femme, aura droit à un nouveau procès.

Le ministre fédéral de la Justice en a fait l’annonce par communiqué mercredi.

Après un examen approfondi et la découverte de nouveaux renseignements, je suis convaincu qu'il y a des motifs raisonnables de conclure qu'une erreur judiciaire s'est probablement produite dans le dossier de M. Delisle et qu'un nouveau procès est nécessaire, écrit le ministre.

Il s’agit d’un important revirement de situation pour l’ex-juge Delisle, 85 ans, qui était pratiquement condamné à terminer ses jours en prison.

Sa demande de révision judiciaire, déposée en mars 2015, était son ultime recours. Ses demandes d’appel avaient été rejetées par la Cour d’appel du Québec et la Cour suprême en 2013.

L’ex-juge Delisle a toujours clamé son innocence à la suite de la mort de sa femme, Nicole Rainville, d’une balle à la tête à leur domicile en novembre 2009.

Lors de son procès, le jury l’avait déclaré coupable du meurtre prémédité de Mme Rainville. La défense avait alors soutenu que l’ex-juge avait été condamné à tort, en raison d’une preuve balistique erronée.

En 2015, lors d’une entrevue accordée à Radio-Canada en prison, il avait cependant révélé qu’il avait aidé sa femme à s’enlever la vie, à sa demande, en laissant un pistolet chargé près d’elle.

Delisle pourrait recouvrer sa liberté

Selon l'avocat-criminaliste Jean-Claude Hébert, ce revirement devrait mener à la libération provisoire de Jacques Delisle. Sa détention était justifiée par un verdict validé par la Cour d'appel. Maintenant ce verdict-là ne tient plus.

Le Directeur des poursuites criminelles et pénales confirme que la requête pour la remise en liberté de Jacques Delisle sera plaidée vendredi.

L'avocat-criminaliste Jean-Claude Hébert a donné une conférence sur le thème « Les policiers et la démocratie » en lever de rideau de la commission Chamberland.

L'avocat-criminaliste Jean-Claude Hébert (archives)

Photo : Radio-Canada

C'est un candidat idéal pour obtenir une libération sous cautionnement, estime Me Hébert. D'autant plus qu'entrent en ligne de compte toutes ces années qu'il a passées en détention qu'on considère maintenant comme étant de la détention préventive, son âge va entrer en ligne de compte, le danger qu'il fasse faux bond à la justice est inexistant.

Je pense que toutes les chances sont de son côté pour qu'il recouvre sa liberté.

Une citation de :Jean-Claude Hébert, avocat-criminaliste

Pour sa part, le Directeur aux poursuites criminelles et pénales (DPCP) dit avoir pris acte de l’ordonnance émise par le ministre de la Justice dans le dossier de Jacques Delisle sans ajouter de commentaires.

Retrouvailles familiales

Sa famille est impatiente de le retrouver. Sa fille, Élène Delisle, ne l’a pas revu depuis le début de la pandémie. Il n’a pas encore rencontré son arrière-petite-fille, souligne-t-elle en entrevue à Radio-Canada.

Évidemment on est très, très, très, très heureux.

Une citation de :Élène Delisle, fille de Jacques Delisle

Son père s’est aussi réjoui d’apprendre la décision du ministre, dit-elle. En même temps, il y a un mélange d'émotions parce qu' il sait que peut-être tout est à recommencer donc s’il y a un nouveau procès il faudra se replonger là-dedans et revivre tout ça.

Élène Delisle en entrevue dehors, on voit des autobus et des voitures circuler derrière.

Élène Delisle est la fille de Jacques Delisle.

Photo : Radio-Canada

L'avocat-criminaliste Jean-Claude Hébert explique que ce n'est pas parce que le ministre lui accorde le droit d'avoir un nouveau procès que M. Delisle en aura forcément un. Il y a aussi une possibilité que les avocats s’entendent sur un règlement quelconque pour une infraction moindre étant donné évidemment le temps qu’il a déjà purgé en prison, souligne-t-il.

On souhaite qu'il n'y ait pas de nouveau procès et qu'ils admettent que c'était une erreur, que cet homme-là n'était pas coupable. Nous, on a toujours cru à son innocence, lance Élène Delisle.

Son père aura 86 ans le mois prochain et il pourrait bien les célébrer chez lui si le juge lui accorde sa liberté en attendant la suite des procédures.

Ça fait neuf ans qu'il est en prison donc ça va être toute une réadaptation , souligne sa fille qui pense déjà à faire son épicerie et lui cuisiner des repas.

Ce qu'on veut, c'est que notre père puisse enfin vivre le reste de ses jours avec sérénité.

À lire aussi :

L'affaire Jacques Delisle

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.