•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Argonauts de Toronto méconnaissables en 2021

Les joueurs des Argonauts de Toronto marchent sur le terrain à la fin de la saison 2019.

Les Argonauts de Toronto présenteront un visage bien différent lorsque la prochaine saison de la Ligue canadienne de football se mettra en branle.

Photo : La Presse canadienne / Jon Blacker

Nouveau logo, nouveau directeur général, nouvel entraîneur-chef et nouvel arsenal de vedettes : les Argonauts de Toronto donnent l'impression d'avoir fait table rase depuis le début de la pandémie tellement le visage de l'équipe a changé.

Depuis le dernier match de sa formation le 2 novembre 2019, le directeur général Michael Pinball Clemons a navigué à travers deux intersaisons et se dit fier du travail qu'il a accompli.

[Mes collègues et moi] avons été appelé pour reconstruire cette équipe et le faire de la bonne façon. Nous voulions la bâtir pour qu'elle connaisse du succès à long terme, confie-t-il lors d'un entretien avec Radio-Canada. Jusqu'à présent, nous avons fait du solide boulot, mais nous ne sommes pas encore satisfaits.

Nous croyons que notre formation est bien meilleure que lors de notre dernier match en 2019 et meilleure que ce qu'elle aurait été en 2020. En 2021, on sent que nous pourrons vraiment jouer au football.

Une citation de :Pinball Clemons, directeur général des Argonauts
Le directeur général des Argonauts, Michael « Pinball » Clemons, et le nouvel entraîneur-chef de l'équipe, Ryan Dinwiddie, lors d'une conférence de presse en décembre 2019.

Le directeur général Pinball Clemons et l'entraîneur-chef Ryan Dinwiddie.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Clemons assure qu'il n'a pas manqué de travail en dépit de l'annulation de la saison 2020 et sa feuille de route parle pour lui. En novembre 2019, il a fait de Ryan Dinwiddie le 45e entraîneur de l'équipe torontoise, puis il a acquis le quart-arrière Nick Arbuckle cet hiver pour qu'il devienne la pierre angulaire de son attaque.

Les deux hommes se connaissent bien, ayant travaillé ensemble pendant plusieurs saisons avec les Stampeders de Calgary. Pour aider son jeune quart, Clemons a aussi ajouté trois receveurs qui jouaient tous à Calgary, dont Juwan Brescacin et Eric Rogers.

On a maintenant un jeune quart qui dispose de receveurs qu'il connaît et ces ajouts cadrent tous avec notre intention première, soit celle de se donner une chance de construire une équipe gagnante à long terme, note Clemons.

L'équipe a aussi mis sous contrat le receveur Martavis Bryant, un ancien des Steelers de Pittsburgh et des Raiders d'Oakland (NFL).

Nick Arbuckle évolue au poste de quart-arrière pour les Stampeders de Calgary lors d'un match contre les Roughriders de la Saskatchewan en 2019.

Nick Arbuckle est le quart-arrière d'avenir des Argonauts de Toronto.

Photo : La Presse canadienne / Matt Smtih

Le nouveau directeur général a poursuivi ses emplettes dans le marché des joueurs autonomes en ajoutant non pas un, mais trois joueurs étoiles à sa brigade défensive, soit Charleston Hughes et Cameron Judge des Roughriders de la Saskatchewan et Henoc Muamba des Alouettes de Montréal.

Selon le principal intéressé, ces changements étaient nécessaires pour bâtir la nouvelle culturequ'il annonçait à son embauche.

La pandémie nous a en quelque sorte offert l'occasion de rattraper du terrain et de devenir une meilleure équipe. Nous nous sommes améliorés sur papier. Ça ne veut pas dire grand chose [si on ne joue pas], mais c'est mieux que d'être mauvais sur papier!, ajoute-t-il en riant.

Plus de joueurs locaux qu'auparavant

Henoc Muamba célèbre avec son coéquipier Chris Ackie un sac du quart qu'il a réalisé dans l'uniforme des Alouettes.

Henoc Muamba (gauche) a joué les deux dernières saisons avec les Alouettes de Montréal.

Photo : La Presse canadienne / John Woods

La pandémie n'a pas eu pour seul effet d'empêcher les équipes de la Ligue canadienne de jouer. Certaines ont aussi perdu des joueurs parce que ceux-ci désiraient se rapprocher de leur famille.

Les Argonauts ont appris cette leçon à la dure l'an dernier lorsque l'Albertain Sean McEwen, qui jouait un rôle capital au sein de leur ligne offensive, a décidé de rejoindre les Stampeders de Calgary. Cet hiver, et toujours dans le but de construire une équipe pour le long terme, Pinball Clemons a donc misé sur des talents locaux.

Juwan Brescacin est de Mississauga. Charleston Hughes est de Saginaw, aux États-Unis; les Argonauts sont pour lui l'équipe de la LCF la plus proche de son patelin. Henoc Muamba, lui, est venu rejoindre sa femme et ses deux filles à Toronto.

C'était vraiment la meilleure option. J'ai quand même évalué les autres offres que j'avais sur la table, mais au final, ça n'a pas été trop difficile de prendre cette décision-là, explique Muamba. Disons que leur ''pitch'' n'a pas eu à être trop agressif!

D'être avec ma famille, de pratiquer, jouer des matchs et rentrer à la maison, c'est une chose qui sera spéciale pour moi parce que je n'ai jamais connu ça.

Une citation de :Henoc Muamba, secondeur des Argonauts

Dans l'ensemble, les Argonauts de Toronto ont beaucoup changé depuis leur dernier match. L'équipe a un nouveau noyau, plus jeune et plus torontois. Selon le journaliste Dave Naylor du réseau TSN, il s'agit même de l'équipe qui s'est le plus améliorée au cours de la pause occasionnée par la pandémie.

La formation de la Ville Reine ne sait toutefois pas quand elle pourra faire la preuve de ses progrès sur le terrain. La Ligue canadienne contemple toujours un retour au jeu à la mi-juin, mais selon Naylor, il reste encore énormément de détails à régler et si la pandémie a bien prouvé une chose, c'est que les plans ne sont d'aucune assurance en ces temps particuliers.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !