•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La DSLR réfléchit à l'impact de la présence de la police dans les écoles

Un écusson de la police de Winnipeg

Le conseil d'administration de la DSLR affirme vouloir mieux comprendre l'impact du programme d'agents de liaison scolaire.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Division scolaire Louis-Riel (DSLR) entreprend une étude au sujet de son programme de visite de la police dans les écoles. Le personnel, les élèves ainsi que les parents sont invités à se prononcer à propos de la présence des agents de liaison scolaire, et tout particulièrement sur les effets que ces visites ont pour les personnes racisées.

Le directeur général de la DSLR, Christian Michalik, indique qu’un tel examen aurait dû être conduit depuis longtemps. La seule présence d’un agent de liaison scolaire peut être problématique pour certaines personnes, rappelle-t-il, en insistant sur le besoin d’entendre les élèves, le personnel et les parents parler de leur expérience concrète.

Christian Michalik affirme que l’information recueillie aidera le conseil d’administration à prendre des décisions quant à l’avenir de la présence des policiers dans les écoles. Le programme pourrait être amélioré ou, plutôt, annulé.

La DSLR a embauché un instructeur en études urbaines de l’Université de Winnipeg, Fadi Ennab, pour mener l’étude.

Lundi, les membres de la communauté de la DSLR ont reçu un court questionnaire en ligne conçu par Fadi Ennab. Les répondants y sont questionnés sur leur identité raciale et sur leur relation personnelle avec les agents de liaison.

Christian Michalik.

Christian Michalik, directeur général de la Division scolaire Louis-Riel

Photo : Gracieuseté de la Division scolaire Louis-Riel

Ceux qui indiquent qu’ils souhaiteraient en discuter davantage seront conviés à des entrevues individuelles et à des groupes de discussion, affirme M. Michalik.

Le sondage est en ligne jusqu’au 19 avril. M. Michalik indique que le rapport final sera publié durant l’été.

Il souligne qu’il y a un seul agent de liaison scolaire à la DSLR et que le programme ne coûte à la division que 60 000 $ sur un budget annuel de plus de 200 millions de dollars.

Les agents de liaison dans les écoles remis en question

La DSLR n’est pas la seule à vouloir repenser son programme d’agents de liaison scolaire. L’automne dernier, le conseil d’administration de la Division scolaire de Winnipeg a demandé lui aussi une étude sur ce programme. Un sondage a été effectué auprès des parents et des élèves en janvier et en février.

Le budget 2021-2022 de la plus grande division scolaire de la province, adopté en mars, a éliminé plus d’un demi-million de dollars alloués au financement de son programme d’agents de liaison scolaire.

En septembre, un groupe de pression nommé Police-Free Schools (Écoles sans police) a demandé aux divisions scolaires de retirer les agents de liaison des écoles publiques de la Ville de Winnipeg, dans la foulée des mouvements pour la justice raciale ayant suivi la mort de George Floyd, l’an dernier.

Les conseillers municipaux de Winnipeg ont voté pour renouveler le contrat plaçant des policiers dans les écoles, bien que le vote n’ait pas été unanime.

En vertu de ce contrat, 19 agents de liaison sont envoyés dans des écoles partout en ville, un service s’élevant à 3 millions de dollars.

Avec les informations de Rachel Bergen

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !