•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les objectifs climatiques de Pékin menacés par les mines de bitcoins, selon une étude

Une rangée d'ordinateurs qui font du cryptominage dans un centre.

Le minage de bitcoins fait des ravages sur l'environnement en Chine.

Photo : Radio-Canada / Bahador Zabihiyan

Agence France-Presse

Les mines de bitcoins chinoises, qui alimentent près de 80 % du commerce mondial de cryptomonnaies, risquent de compromettre les objectifs climatiques du pays, selon une étude publiée mardi dans la revue scientifique Nature.

Une mine de bitcoins n'est pas un trou dans le sol dont on extrait des bitcoins, mais un site rempli de microprocesseurs qui tournent pour effectuer des calculs mathématiques pour le réseau de la monnaie virtuelle appelée bitcoin.

Ces ordinateurs, à l'origine donc de la création de bitcoins, consomment d'énormes quantités d'électricité, tirée en partie de centrales au charbon.

Selon une étude publiée dans la revue Nature, si rien n'est fait, les mines de bitcoins chinoises émettront 130,5 millions de tonnes métriques de dioxyde de carbone d'ici 2024, soit près du total des émissions annuelles de gaz à effet de serre de l'Italie ou de l'Arabie saoudite.

Une menace pour l’environnement

Environ 40 % des mines de bitcoins chinoises sont alimentées par de l'électricité tirée du charbon, tandis que le reste utilise des énergies renouvelables, toujours selon l'étude.

Ces installations gourmandes en charbon sont si grandes que les recherches prévoient qu'elles pourraient finir par compromettre l'engagement environnemental de Pékin d'atteindre le pic des émissions de carbone avant 2030 et de devenir neutre en carbone d'ici 2060.

L'exploitation intensive du bitcoin en Chine peut rapidement devenir une menace qui pourrait saper l'effort de réduction des émissions, a déclaré à l'AFP l'un des cosignataires de l'étude, Wang Shouyang, de l'Académie chinoise des sciences.

Pour ce dernier, le gouvernement chinois devrait se concentrer sur la modernisation du réseau électrique pour assurer un approvisionnement stable à partir de sources renouvelables.

« Comme les prix de l'énergie dans les régions chinoises à énergie propre sont plus bas que ceux des régions alimentées en charbon, les personnes qui font du minage devraient être davantage incitées à s'installer dans les régions à énergie propre. »

— Une citation de  Wang Shouyang

Une popularité qui a un coût

Cette année, l'industrie des mines de bitcoins devrait consommer 0,6 % de la production totale d'électricité dans le monde, soit plus que ce dont a besoin annuellement la Norvège, selon l'indice de consommation d'électricité des bitcoins de l'Université de Cambridge.

Le prix du bitcoin a quintuplé au cours de la dernière année, atteignant un record de plus de 61 000 dollars américains en mars, et oscille désormais juste en dessous de la barre des 60 000 dollars.

Compte tenu des profits qu'il est possible de faire, M. Wang estime que l'imposition de taxes sur le carbone ne suffit pas à dissuader le minage.

En 2019, la Chine a interdit le commerce des cryptomonnaies pour lutter contre le blanchiment d'argent. Mais le minage de bitcoins y reste autorisé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !