•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le comité fédéral maintient sa recommandation d'un délai de 4 mois entre deux doses

Deux personnes marchent près d'une affiche annonçant un centre de vaccination à Montréal.

Deux personnes marchent près d'une affiche annonçant un centre de vaccination à Montréal.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

Le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) réitère sa recommandation d'allonger jusqu'à 4 mois l'intervalle entre l'administration de la première et de la deuxième dose du vaccin.

Ce délai permettra de maximiser le nombre de personnes susceptibles de profiter d’une première dose, affirment les membres du CCNI, qui ont participé à une conférence de presse mercredi à Ottawa, avec le Conseil des médecins hygiénistes en chef du pays.

Le mois dernier, les experts du CCNI avaient préconisé cet intervalle de quatre mois, maximum, entre les deux doses. À la lumière de nouvelles recherches, ils maintiennent cette recommandation dans le but d'assurer une protection plus rapide à tous.

Une deuxième dose devrait être offerte dès que possible une fois que toutes les populations admissibles auront eu accès à une première dose, la priorité étant accordée aux personnes les plus à risque de maladie grave et de décès dus à la maladie COVID-19, disent les experts du comité.

Le CCNI recommande en outre aux provinces et aux territoires de choisir d’écourter le délai entre la première et la deuxième dose [...] pour des populations particulières en fonction de l’épidémie locale, de l’approvisionnement en vaccins et des mécanismes de livraison de vaccins.

Le CCNI révisera cette recommandation quant à l’efficacité réelle d’un intervalle allongé entre les deux doses au fur et à mesure qu'il disposera de nouvelles données sur le sujet.

Le groupe d'experts s'attend à ce que l'administration de la deuxième dose ne prenne pas plus de quatre mois, compte tenu des livraisons prévues au Canada.

Nous sommes en bonne position pour avoir suffisamment de vaccins pour tout le monde d'ici le mois de septembre, assure Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick.

Un délai plus court, dès que possible

Lorsque le Canada disposera de plus de doses de vaccins, on ne s'attend pas à ce que ce délai de quatre mois persiste, affirme pour sa part la Dre Caroline Quach-Thanh, qui préside le CCNI. Éventuellement, un délai beaucoup plus court, autour de deux mois, va être possible avec les quantités disponibles.

Dre Quach-Thanh, qui est pédiatre microbiologiste infectiologue au CHU Sainte-Justine, affirme que la protection conférée par la première dose d'une série de vaccins peut durer six mois ou plus, selon les données actuelles. La deuxième dose vient prolonger davantage cette protection.

Elle dit également que l'efficacité des vaccins sur les variants sera surveillée de près, du fait que la prévalence de ces variants augmente au Canada.

Les travailleurs essentiels

La vaccination des travailleurs essentiels sera facilitée par cette décision de distancer les doses de quatre mois, du moins en ce qui a trait à la première dose, affirme en substance la Dre Shelley Deeks, vice-présidente du CCNI.

Elle rappelle que, dès le mois de décembre, le CCNI avait recommandé de vacciner en premier lieu les personnes âgées et les travailleurs de la santé et, ensuite, les autres travailleurs essentiels – parmi eux les enseignants, ainsi que ceux des secteurs alimentaires et manufacturiers.

On est rendus là, nos groupes prioritaires ne changent pas, renchérit la Dre Quach-Thanh.

Il est de la juridiction des provinces de déterminer comment les vaccins sont déployés.

Au Québec, dès jeudi, toute personne de 60 ans et plus pourra prendre rendez-vous pour recevoir un vaccin contre la COVID-19, dans toutes les régions de la province.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a également annoncé que les malades chroniques et les travailleurs essentiels seront aussi admissibles au vaccin dès lundi prochain, sur l'île de Montréal.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !