•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick ébranlé après la mort d'un homme de 38 ans

Une photo de Luc Bélanger.

Luc Bélanger s’est éteint le 6 avril 2021, à l’Hôpital régional d’Edmundston, à l’âge de 38 ans.

Photo : Résidence funéraire Bellavance

Radio-Canada

Un Néo-Brunswickois de 38 ans, Luc Bélanger, est décédé mardi après avoir contracté la COVID-19. L'homme de Saint-Basile devient la plus jeune victime de la maladie dans la province et son histoire rappelle que la COVID-19 peut s'attaquer à n'importe qui.

Le décès d'une personne dans la trentaine – le premier de ce groupe d'âge au Nouveau-Brunswick – a créé une onde de choc dans la province. Depuis mardi, les messages de condoléances affluent sur les réseaux sociaux.

Réal Lévesque, président du Club de VTT du Nord-Ouest, duquel faisait partie Luc Bélanger, raconte avoir constaté avec effroi le déclin de la santé du jeune père après son diagnostic de COVID-19.

On se disait initialement qu'il allait s'en sortir, a-t-il confié en entrevue à Radio-Canada. Ses espoirs se sont toutefois amincis au fil des jours suivant son hospitalisation, à la fin du mois de mars.

La COVID-19, explique-t-il, l'a plongé dans un coma qui aura duré une douzaine de jours.

Luc Bélanger près d'une chute, en pleine nature.

Le décès de Luc Bélanger a créé une onde de choc au Nouveau-Brunswick.

Photo : Contribution

On ne s'attendait pas à ça, ajoute Bob Ouellet, président d'un autre groupe auquel Luc Bélanger a déjà fait partie, l’Association Moto Tourisme Comté Madawaska Inc. Ça a frappé fort.

Réal Lévesque et Bob Ouellet se souviennent d'un homme toujours de bonne humeur, serviable, qui aimait s'impliquer pour vrai.

Il avait un avenir devant lui, une famille qu'il laisse derrière, déplore Réal Lévesque.

Je me sens vraiment comme si j'ai perdu une partie de ma vie. Mon frère c'était vraiment de l'or pour moi. Il va vraiment me manquer. C'est le seul frère que j'avais.

Une citation de :Nathalie Bouchard, sœur de Luc Bélanger

La médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick, la Dre Jennifer Russell, a souligné dans un communiqué de presse mercredi que ce décès nous rappelle tristement que la COVID-19 ne fait pas de discrimination.

Les jeunes adultes plus nombreux à l'hôpital

Le décès de Luc Bélanger s'ajoute au bilan de la région sanitaire d'Edmundston, la zone 4.

Particulièrement touchée par la pandémie ces derniers mois, cette région du nord-ouest du Nouveau-Brunswick lutte actuellement contre une éclosion du variant britannique du coronavirus, plus contagieux et plus mortel que la souche originale.

À l'image de ce qui se produit ailleurs au Canada et dans le monde, le Nouveau-Brunswick constate une hausse des hospitalisations de personnes plus jeunes. Aussi, 85 % des personnes hospitalisées âgées de moins de 50 ans ont été admises aux soins intensifs, selon le gouvernement.

C’est des gens qui sont de plus en plus jeunes qui sont admis à l’hôpital et aux soins intensifs. C’est vraiment triste et à ce moment-ci, c’est vraiment important d’essayer d’arrêter la transmission du variant du Royaume-Uni dans la zone 4.

Une citation de :Jennifer Russell, médecin hygiéniste en chef du Nouveau-Brunswick
Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Dix-huit personnes atteintes de la COVID-19 reposent à hôpital, mercredi après-midi. Douze d'entre sont aux soins intensifs. Jamais le nombre de personnes admises à l'hôpital après avoir contracté ce virus respiratoire n'a été aussi élevé dans la province.

À lui seul, l'Hôpital régional d'Edmundston compte 13 patients atteints de la COVID-19. Parmi eux, huit sont aux soins intensifs et ont besoin d'un appareil médical pour respirer.

La province recense 163 cas actifs de COVID-19. Quatorze nouveaux cas ont été signalés mercredi.

Avec des informations de Jean-Philippe Hughes et d'Héloïse Rodriguez-Qizilbash

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !