•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le film Donc, Socrate est mortel présenté dans un prestigieux festival

Ève Landry regarde au loin

Ève Landry

Photo : Silène Films_SPIRA / Crédit : Silène Films_SPIRA

Dans le monde du court métrage, le festival Aspen Shortsfest, au Colorado, est un événement réputé et important. Le nouveau court métrage du réalisateur de Québec Alexandre Isabelle est présenté en première mondiale jusqu’au 11 avril au festival qui se tient en ligne cette année, en raison de la pandémie.

Aspen, c'est un gros festival reconnu. Lorsque vous gagnez un prix dans ce festival-là, vous avez des chances d'être éligible aux Oscars.

Une citation de :Alexandre Isabelle, réalisateur
Le réalisateur Alexandre Isabelle regarde un écran.

Le réalisateur Alexandre Isabelle durant le tournage d'une scène du court métrage « Donc, Socrate est mortel », en novembre 2019

Photo : Silène Films_SPIRA / Crédit : Silène Films_SPIRA

Alexandre Isabelle est à la fois le scénariste, le réalisateur et le producteur de son deuxième court métrage professionnel. Ce professeur de philosophie du Cégep de Lévis avoue y avoir entremêlé des éléments de la réalité et de la fiction.

C'est sûr que ce film-là est le fruit de plusieurs années de réflexion en tant que professeur de philosophie. Je pense qu'il n'y a pas d'autre film qui va plus croiser mes deux passions que ça, c'est-à-dire le cinéma et l'enseignement de la philo. Ça fait 12 ans que j'enseigne, et j'ai vécu quand même à travers ces années-là, un resserrement autour de ma profession. Donc c'est sûr qu'il y a un aspect autobiographique dans le film, mais pas totalement, parce que ça reste une fiction.

Ève Landry, Pierre-Luc Brillant et Christian Michaud se donnent la réplique dans ce film d'une douzaine de minutes, qui traite notamment de la liberté d'enseignement en faisant plusieurs clins d'œil à la vie du philosophe Socrate.

Le réalisateur Alexandre Isabelle en entrevue à Radio-Canada.

Le réalisateur Alexandre Isabelle en entrevue à Radio-Canada

Photo : Radio-Canada

Un personnage féminin fort

Le personnage principal, joué par Ève Landry, est un rôle féminin fort, qui bouscule l’endroit où elle enseigne.

On sait qu’Ève Landry est reconnue pour son côté accessible, mais aussi pour son intégrité. Il y a quelque chose qui lui a plu dans le scénario, et elle s'est investie à fond la caisse. Elle a été très généreuse. Elle jouait devant de vrais étudiants, et elle les faisait rire. Il y a une belle ambiance qui s'est créée sur le plateau. C'est ça qui me rend le plus fier de ce projet-là : c'est la confiance que les gens ont investie, ajoute le réalisateur.

Le festival d'Aspen, qui affiche fièrement le slogan indépendant par nature, a une philosophie qui colle bien aux propos de son film, selon Alexandre Isabelle.

Souhaitons-lui un très heureux festival!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !