•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les méthodes de travail ont contribué à la mort du travailleur au parc éolien du Lac-Alfred

Une grue de l'entreprise JM Francoeur est installée sur le site du parc éolien du Lac-Alfred.

Le 10 juin 2020, Éric Madran était affecté aux opérations de gréage au sol, lors du démontage d'une grue.

Photo : Courtoisie : CNESST

Radio-Canada

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) conclut que les méthodes de travail utilisées en juin dernier au parc éolien du Lac-Alfred, dans la Matapédia, ont exposé le grutier Éric Madran à un danger d'écrasement.

Le 10 juin 2020, Éric Madran, grutier pour l'entreprise Grues JM Francoeur inc., travaillait au parc éolien du Lac-Alfred, où il démontait une grue pour en charger les pièces sur une remorque.

Dans son rapport publié mercredi, la CNESST indique qu'Éric Madran était au sol, tandis que deux autres travailleurs se trouvaient sur la remorque.

Après que M. Madran eut effectué le gréage d'une section de fléchette, il s'est déplacé le long de la remorque. C'est à ce moment qu'une pièce de l'assemblage déposée précédemment sur la remorque a basculé et a chuté, écrasant le travailleur, peut-on lire dans le rapport.

Ses collègues ont aussitôt utilisé une seconde grue pour soulever l'assemblage qui écrasait M. Madran et ont contacté les services d'urgence. À leur arrivée sur place, ces derniers ont constaté le décès du travailleur.

Après le décès, la CNESST a arrêté les travaux avec la fléchette en question et les travaux de chargement des équipements de grue sur le site de l'éolienne 81 du parc éolien. L'employeur JM Francoeur inc. a pu reprendre ses activités après s'être conformé aux conditions de reprise, précise le rapport.

Deux causes identifiées

Son enquête terminée, la CNESST conclut que deux causes expliquent l'accident.

D'abord, l'assemblage de deux sections de la fléchette de la grue a pu basculer de la remorque et tomber au sol, écrasant M. Madran. Ensuite, la méthode de chargement l'a exposé à un danger d'écrasement.

La CNESST recommande donc de stabiliser les charges et de bien les arrimer à la remorque avant de les détacher de la grue, afin d'éviter qu'elles puissent se renverser, ainsi que de toujours suivre les prescriptions du fabricant.

La CNESST ajoute de mettre en place des méthodes de travail qui n'exposent pas les travailleuses et les travailleurs à un danger tel qu'un renversement de charges sur eux.

Dans son rapport, la CNESST rappelle que l'employeur a l'obligation de protéger la sécurité et l'intégrité physique de ses travailleurs, notamment en s'assurant que les équipements et les méthodes de travail sont sécuritaires.

Ces conclusions seront transmises aux associations de professionnels qui sont appelés à manipuler des grues et seront diffusées dans les établissements où sont formés les grutiers.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !