•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Université Laurentienne reste muette quant à l’avenir de ses programmes

055a7891

Le Centre étudiant de l'Université Laurentienne.

Photo : Radio-Canada / Yvon Theriault

Radio-Canada

L’Université Laurentienne ne fera pas d’annonce cette semaine sur la restructuration de ses programmes, indiquent plusieurs sources au fait du dossier à Radio-Canada et à CBC. Celles-ci évoquent des annonces la semaine prochaine.

Mardi, les membres du Sénat se sont réunis à huis clos pour évaluer les recommandations d’un sous-comité sur l’élimination de certains programmes de l’Université Laurentienne. L’établissement, insolvable, est en processus de restructuration depuis le mois de février.

Au cours de la rencontre, ceux-ci ont découvert pour la toute première fois les recommandations formulées par le groupe composé de six personnes, créé le 9 février, huit jours après que l’Université Laurentienne a déclaré son insolvabilité.

La mission du sous-comité du Sénat était de formuler des propositions quant à l’élimination des programmes, la réorganisation des facultés et des départements de l’Université Laurentienne ainsi que d’autres changements liés aux programmes.

L’Université Laurentienne a refusé la demande d’entrevue de Radio-Canada, indiquant que les informations les plus récentes étaient disponibles sur son site web.

Un processus inacceptable, selon les professeurs

De son côté, l’Union des associations des professeurs des universités de l’Ontario dénonce la manière dont est menée la restructuration.

Elle rappelle que les membres du sénat ont été convoqués en rencontre le 1er avril, tout juste avant la longue fin de semaine de Pâques. La teneur des discussions est demeurée confidentielle, ce qui a empêché la communauté universitaire de participer ou même de savoir ce sur quoi leur représentant a voté, a déclaré le président Rahul Sapra.

Il est inacceptable que l'on ait demandé aux membres du Sénat de prendre des décisions importantes sur l'avenir des programmes de leur institution sans qu’ils aient eu le temps ni de réfléchir à l'avenir des programmes de leur établissement ni d'examiner correctement la question ni de consulter leurs constituants.

Une citation de :Rahul Sapra, président de l'Union des associations des professeurs des universités de l'Ontario

Le président soutient que cela constitue une violation évidente de la gouvernance collégiale, du mandat du Sénat et de la responsabilité d'une institution publique à l'égard de l'éducation et de la responsabilité d'une institution publique envers la communauté qu'elle sert.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !