•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le procès d’un capitaine pour négligence criminelle commence

Clarence White arrive au palais de justice.

Le procès de Clarence White a commencé le 6 avril 2021 à la Cour suprême de l'Île-du-Prince-Édouard, à Charlottetown.

Photo : CBC/Brian Higgins

Radio-Canada

Le capitaine d’un bateau de pêche à l’Île-du-Prince-Édouard accusé de négligence criminelle pour une collision qui a entraîné la mort de deux personnes subit son procès.

Clarence Chuck Barry White, 42 ans, a répondu aux accusations portées contre lui en se disant non coupable. Son procès a commencé mardi.

Il était capitaine du bateau de pêche Forever Chasin' Tail, qui est entré en collision avec un autre bateau de pêche, le Joel '98, en juin 2018. Le choc s’est produit à environ 9 km de la côte de Beach Point.

Le Joel '98 a sombré et deux personnes qui étaient à bord sont mortes : Justin MacKay, 20 ans, de Montague à l’Île-du-Prince-Édouard, et Chris Melanson, 59 ans, de Weymouth en Nouvelle-Écosse.

Deux chefs d'accusation de négligence criminelle ayant causé la mort pèsent sur Clarence White.

Environ 17 personnes vont être appelées à témoigner durant le procès. Un expert va notamment parler du système de pilotage automatique qui, selon les enquêteurs, était employé à bord de son bateau au moment de la collision.

La cour a entendu mardi le capitaine du Joel '98, Judson Crossman, qui est l’oncle de Justin MacKay. M. Crossman a affirmé que son neveu était alors un membre d’équipage rémunéré depuis trois semaines, et qu’il avait peu de temps auparavant décroché son diplôme d’études secondaires à Montague.

M. Crossman a ajouté qu’il avait, tout comme ses deux membres d’équipage, interrompu le travail ce jour-là pour regagner la terre ferme afin de prendre deux passagers, Chris Melanson et sa fille adulte.

Le procès doit durer deux semaines.

Avec les renseignements de Brian Higgins, de CBC

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.