•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'interdiction de se déplacer vers les zones jaunes bien accueillie dans l'Est-du-Québec

Les conditions météorologiques annoncées pourraient rendre la chaussée glissante. Des véhicules sur la route 138, mouillée, au printemps.

Dès jeudi, les déplacements entre régions seront limités selon les zones de provenances des Québécois (archives)

Photo : Radio-Canada / Mathieu Boudreault

Radio-Canada

L’interdiction de se déplacer à partir des zones orange ou rouges vers les zones jaunes dès jeudi est bien accueillie dans l’Est-du-Québec. Le flou entourant la mise en pratique de cette mesure est cependant sur toutes les lèvres.

Le premier ministre François Legault a annoncé un resserrement des mesures sanitaires mardi.

Les résidents du Bas-Saint-Laurent, situés en zone rouge, ne pourront donc plus se rendre en Gaspésie ou sur la Côte-Nord, sauf pour des déplacements essentiels.

Le maire de Rimouski, Marc Parent, enjoint ses concitoyens à continuer de respecter les mesures sanitaires pour éviter que le virus et les variants continuent de se propager.

On peut regarder l'exemple de la Côte-Nord qui n'avait pratiquement aucun cas. Maintenant, il commence à y avoir des cas de variants, souligne-t-il.

Je pense que le gouvernement du Québec prend juste des mesures pour tenter de limiter la propagation dans les zones moins touchées au même titre qu'il l'a fait, au printemps 2020, lorsque le Bas-Saint-Laurent et la Gaspésie étaient isolés du reste du Québec par les barrages, affirme M. Parent.

Maintien des traversées entre Matane et la Côte-Nord

Cette mesure n'aura toutefois pas d'impact sur les traverses entre Matane et la Côte-Nord, de même qu'entre Baie-Sainte-Catherine et Tadoussac.

À l'heure actuelle, la Société des traversiers du Québec (STQ) indique qu'elle n'a reçu aucune directive du gouvernement pour modifier ses services, bien qu'elle relie par bateau des régions rouges et jaunes.

La sécurité civile nous indique qu'il n'y aurait pas de barrage pour ce qui est de la traverse. Ça fait en sorte que nous continuons notre service selon ce qui est prévu, indique le conseiller aux communications de la STQ, Bruno Verreault.

Le bateau F.A. Gauthier au large de Matane

Le F.A.-Gauthier relie Matane, en zone rouge, à Baie-Comeau et Godbout, en zone jaune (archives).

Photo : Radio-Canada / Luc Paradis

M. Verreault précise cependant que les usagers de la traverse doivent respecter l'interdiction de se déplacer à moins d'avoir une raison dite essentielle.

Or, la définition de ce qui constitue un déplacement essentiel n'a pas été précisée, selon le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé.

Quelle est la liste des personnes essentielles qui peuvent traverser? Je n'ai toujours pas ça, déplore-t-il.

J'ai fait une demande mercredi matin auprès de trois ministres; la ministre de la Sécurité publique, le ministre responsable de la Gaspésie–Les Îles, la ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, et j'attends toujours cette liste, ajoute M. Bérubé.

Mieux vaut prévenir que guérir

Le maire de Sept-Îles, Réjean Porlier, s'en remet à la santé publique pour prendre les bonnes décisions selon l'évolution de la pandémie, particulièrement pour éviter une propagation du virus sur la Côte-Nord.

Si la santé publique décide que c'est ce que ça prend pour éviter plus de propagation et de retomber en zone orange, et peut-être en zone rouge, je vis bien avec ça et je pense que la population va bien le comprendre aussi.

Une citation de :Réjean Porlier, maire de Sept-Îles

Il y a une question de cohérence derrière ça. Depuis le début, je le dis, il ne peut pas y avoir trois chefs d'orchestre. La santé publique, à mon avis, est la mieux placée, affirme M. Porlier.

À l'approche de l'été, le maire dit également avoir confiance que la région pourra connaître une bonne saison touristique.

Au moment où on se parle, je n'ai pas l'impression qu'il y a des gens qui vont se promener pour se promener. Je n'ai pas vraiment ces inquiétudes-là, avance-t-il.

L'été passé, on a eu notre meilleure saison touristique. Donc, je pense qu'il faut s'ajuster et c'est ce que tente de faire le gouvernement, en fonction de ce que sera la réalité à l'approche de la saison estivale, ajoute M. Porlier.

Aux Îles-de-la-Madeleine, le député Joël Arseneau dit toutefois s'inquiéter pour la saison touristique qui pourrait commencer dès le mois de mai cette année.

Ce qu’on se demande, [...] c’est combien de temps ça va durer et est-ce que ça va avoir un impact sur les préparatifs des différentes entreprises pour la saison touristique, indique le député péquiste à propos de cette nouvelle restriction.

Des questions toujours sans réponse

Le député péquiste de René-Lévesque, Martin Ouellet, estime lui aussi que l’interdiction de déplacements des zones rouge et orange vers la Côte-Nord et les autres zones jaunes était la chose à faire pour limiter la progression du virus dans la région.

Toutefois, il affirme qu’il reste encore beaucoup de questions auxquelles répondre en lien avec cette mesure.

On n’a pas encore eu de réponse très claire. Est-ce qu’il y aura des barrages qui vont fermer la région? Quels seront les déplacements essentiels qui pourront être permis? Est-ce qu’il y aura des contrôles aléatoires? Pour le moment, j’aimerais en dire un peu plus, mais je n’ai pas ces informations-là, soulève le député.

Le temps presse pour obtenir des réponses, selon Martin Ouellet, puisque cette mesure entre en vigueur dès jeudi.

Par ailleurs, selon le directeur régional de la santé publique en Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Dr Yv Bonnier Viger, cette interdiction de déplacements était discutée depuis quelques semaines déjà.

L'attachée de presse de la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a répondu par écrit mardi soir qu'à ce moment-ci, aucun barrage n'est prévu pour séparer les zones jaunes des zones rouges ou orange.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !