•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

419 cas liés à l'éclosion du Mega Fitness Gym

Des agents du SPVQ dans le stationnement du MegaFitnes Gym.

Des agents du SPVQ se sont rendus au Mega Fitness Gym la semaine dernière pour constater la fermeture de l'établissement.

Photo : Radio-Canada

Au moins 419 cas de COVID-19 sont liés à l'éclosion survenue au Mega Fitness Gym 24h, à Québec.

En date de mercredi après-midi, la santé publique confirme 195 cas positifs « primaires » chez des travailleurs ou des clients ayant fréquenté le gym au cours du mois de mars dernier.

Ces personnes ont par la suite contaminé au moins 36 milieux de travail de tous types, comme des restaurants ou des épiceries, dans lesquels 224 personnes ont été déclarées positives jusqu'ici. Dans le jargon de la santé publique, ces cas sont dits secondaires par rapport à l'éclosion du Mega Fitness Gym.

Pas la seule cause de la flambée

L'éclosion dans ce gym, propriété de Daniel Marino, qui a défié la santé publique à quelques reprises, ne peut cependant être considérée comme la cause unique de la troisième vague à Québec, insiste la santé publique.

La Direction de santé publique de la Capitale-Nationale souligne que l’éclosion du Mega Fitness Gym, aussi significative soit-elle, n’explique toutefois pas à elle seule la flambée de cas sur notre territoire, nuance Mathieu Boivin, porte-parole du CIUSSS de la Capitale-Nationale, dans un courriel acheminé à Radio-Canada.

Bien sûr, dans le contexte épidémiologique actuel, nous n’hésiterons pas à utiliser tous les moyens et leviers à notre disposition pour contrer toute menace à la santé et la sécurité de la population de la Capitale-Nationale. C’est ce que nous avons fait dans cet établissement, ajoute M. Boivin.

Relâchement général

Par ailleurs, la région de la Capitale-Nationale compte 2336 cas confirmés de variant du coronavirus. La santé publique explique son omniprésence par son degré élevé de contagiosité, mais aussi par le relâchement général de la population.

Nous sommes devant une situation où des dizaines d’éclosions de type communautaire, liées à un relâchement dans l’observance des consignes sanitaires, viennent chacune nourrir la croissance rapide des nouveaux cas positifs, déplore Mathieu Boivin.

« C’est pourquoi il faut que chacun reste chez soi autant que possible. »

— Une citation de  Mathieu Boivin, porte-parole du CIUSSS de la Capitale-Nationale

Pas de « miracle » en vue

Le directeur de la santé publique du Québec, le Dr  Horacio Arruda, a d'ailleurs indiqué mardi que d'espérer le retour en zone orange le 12 avril prochain relèverait du miracle.

Tout laisse présager que les restaurants et les gyms resteront fermés au-delà de cette date, et ce, jusqu'à nouvel ordre.

Avec la collaboration de Marie-Pier Mercier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !