•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pierre Corbeil se dit préoccupé par la hausse du prix des matériaux de construction

Le prix des matériaux de construction est à la hausse depuis quelques mois.

La Ville reçoit de nombreuses demandes de permis de construction et de rénovations malgré le prix des matériaux.

Photo : Radio-Canada

Le monde municipal n’échappe pas à la hausse des prix des matériaux de construction, une situation qui pourrait forcer les villes à reporter certains chantiers.

Le maire de Val-d’Or, Pierre Corbeil, se dit préoccupé par la situation, alors que le coût de certains contrats continue de monter d’année en année. À titre d’exemple, le contrat pour le béton préparé a été octroyé lundi soir au coût de 250 $ du mètre cube, alors que Val-d’Or le payait 215 $ il y a deux ans et 222 $ l’an dernier.

On voit des hausses constantes qui nous tiennent sur le qui-vive en ce qui a trait à la justesse de nos estimés et l’autorisation de nos règlements d’emprunt. On observe des choses vraiment erratiques dans nos appels d’offres, avec de grands écarts entre deux propositions ou encore le dépôt d’une seule soumission. On sent que tout le monde est sur les dents. Il y a une pression sur la demande et l’offre doit composer avec des difficultés d’approvisionnement et de main-d'œuvre. Ça amène un marché qui ne fonctionne pas de façon optimale et beaucoup d’inconnus.

7472396C-3492-4630-82F7-5293C72F5979

Pierre Corbeil, maire de Val-d'Or (archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-Andre Landry

Pierre Corbeil ajoute que tout le monde municipal se retrouve dans le même bateau, avec comme seule solution de refaire ses devoirs quant à ses priorités.

On va gérer avec le budget qu’on a, affirme-t-il. On ne peut pas partir frapper à la porte des gouvernements et se plaindre que tout coûte plus cher. Soit qu’on fera moins de travaux, soit qu’on révise les plans ou qu’on reporte des projets pour une année où l’inflation sera moins présente. Il y a deux ans, on avait retardé la phase 1 de revitalisation du centre-ville parce que le contrat était sorti trop haut. On retourne maintenant en soumissions pour la phase 2. On espère que nos estimations sont bonnes, mais il existe toujours une certaine inquiétude.

L'hôtel de ville de Val-d'Or (archives)

L'hôtel de ville de Val-d'Or (archives)

Photo : Francis Labbé

Forte demande pour les permis

À l’opposé, Pierre Corbeil dit sentir que la fièvre des rénovations et de la construction ne s’essoufflera pas pour les citoyens de Val-d’Or, malgré la hausse des coûts des matériaux.

Il est encore tôt pour le dire, mais il y a comme une flambée qui vient d’arriver au Service des inspections et permis. La demande est forte et on va y répondre. Les gens sont à la ligne de départ, peut-être parce qu’ils ont peu voyagé depuis un an, ce qui leur permet d’avoir plus de liquidités, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !