•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Campagne citoyenne pour la préservation d’une ancienne usine à Chambly

Un long bâtiment de briques rouges.

Les citoyens souhaitent préserver la section à trois étages du bâtiment, qui est la plus ancienne.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Radio-Canada

L’édifice de l’ancienne usine Bennett, à Chambly, qui date des années 1920, pourrait être démoli prochainement. Le 13 avril, la Ville de Chambly doit décider si le bâtiment sera démoli ou pas.

Des citoyens de Chambly s’opposent à son éventuelle démolition, considérant le bâtiment comme l’ultime vestige d’une époque.

L’emplacement de l’usine Bennett, qui produisait des pièces de chaussures, servirait d’assiette à un projet immobilier mené par le groupe Sélection. Le projet comprend un bâtiment de 150 logements pour aînés et un autre édifice de 180 logements locatifs.

C’est le dernier témoignage de tout un passé industriel à Chambly, mais aussi de toute une vie ouvrière qui s'est passée dans la vallée du Richelieu, plaide Louise Chevrier, membre de la Société d'histoire de la Seigneurie de Chambly.

Mme Chevrier rappelle que les autres bâtiments de cette ère industrielle ont tous été démolis dans la région.

En plus de la campagne citoyenne pour préserver l’édifice avec une pétition signée par 1200 personnes, Mme Chevrier et deux autres citoyens ont demandé au ministère de la Culture du Québec de classer le bâtiment afin de le protéger.

Selon le ministère, le dossier est traité en priorité, mais les partisans de la préservation de l’usine craignent que la demande de classement soit refusée, en invoquant le caractère régional et non national du bâtiment.

L’an dernier, le comité d’urbanisme de la Ville de Chambly avait donné son accord pour la destruction, mais le comité de démolition a suspendu ces travaux. Devant cette situation, le promoteur a proposé de reporter le projet pour effectuer une contre-expertise du bâtiment.

Les experts ont conclu que la structure du béton était en bon état et pouvait supporter deux étages supplémentaires.

En revanche, la construction d’un stationnement sous-terrain est problématique en raison de la proximité du site du canal de Chambly. Il y a également une question de décontamination qui risque de peser sur les décisions.

Avec les informations de René Saint-Louis

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !