•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De la Californie au Texas, les États-Unis divisés sur les preuves de la vaccination

Washington n’imposera pas d’exigence nationale pour prouver le statut de vaccination. Dans le pays, les États et les entreprises adoptent donc différentes stratégies.

Une carte de vaccination contre la COVID-19 aux États-Unis

Une carte de vaccination contre la COVID-19 aux États-Unis

Photo : afp via getty images / CHANDAN KHANNA

Cette fin de semaine, un vent d’optimisme soufflait autour du Petco Park, le stade des Padres, l’équipe de baseball de San Diego. Après une longue absence, les partisans étaient de retour dans les gradins, signe de la reprise progressive des activités en Californie, un État durement touché par la pandémie de COVID-19 cet hiver.

Nous étions en groupes de deux ou quatre, tout le monde était distancé. On se sentait en sécurité, assure Downy qui, en tant que détenteur d'abonnements, est l’un des rares partisans à avoir pu assister à la partie de dimanche contre les Diamondbacks de l’Arizona.

Des partisans des Padres, l'équipe de baseball de San Diego.

Des partisans des Padres, l'équipe de baseball de San Diego

Photo : Reuters / Orlando Ramirez-USA TODAY Sports

En vertu des consignes des autorités sanitaires californiennes, un événement sportif extérieur dans une région comme celle de San Diego peut ouvrir au cinquième de sa capacité d'accueil.

Tôt ou tard, ce stade devrait être en mesure d'accueillir le tiers de ses spectateurs. Puis, à partir de la mi-avril, ce seuil pourrait même augmenter à 67 % de sa capacité si le public est testé ou présente une preuve de vaccination complète.

Les pourcentages de capacité autorisée diffèrent en fonction de la situation sanitaire dans chaque région de l’État et du type d’activités dont il est question. Par exemple, la possibilité d’augmenter la capacité grâce à la vaccination ne s’appliquera pas aux bars ni aux restaurants de la Californie.

Sans l’imposer, l’État le plus populeux du pays fait le pari de récompenser les entreprises qui décideront d’adopter la pratique.

Ce n’est pas obligatoire, mais les entreprises privées qui veulent demander une preuve de vaccination ont certainement le droit de le faire.

Une citation de :Christopher Longhurst, professeur de médecine à l’Université de San Diego

Ça semble être une étape raisonnable, assure-t-il. Il rappelle que des preuves de vaccination sont exigées à l’entrée de certains pays, notamment pour la fièvre jaune.

Pour l’instant, l’expert précise que la forme que prendra l’outil permettant de vérifier la situation sanitaire d’un client californien n’a pas été établie. L’Université de San Diego travaille d’ailleurs avec plusieurs entreprises du secteur privé pour parvenir à une solution.

Des partisans des Padres, dans les rues de San Diego, en Californie

Des partisans des Padres, dans les rues de San Diego, en Californie

Photo : Radio-Canada / Raphaël Bouvier-Auclair

À l’autre bout du pays, l’État de New York a pour sa part déjà développé une application mobile qui permet aux résidents d’enregistrer, de façon volontaire, une preuve de vaccination ou de dépistage. Ce statut est par exemple exigé pour entrer au Madison Square Garden.

Ailleurs aux États-Unis, l’idée de mettre sur pied un système de vérification a rapidement été rejetée par des responsables politiques.

Ne pas dévoiler des informations privées de santé

Au cours des derniers jours, les gouverneurs républicains de la Floride et du Texas ont signé des décrets pour interdire l’imposition d’une vérification du statut de vaccination par des agences gouvernementales.

En Floride, l’équipe de basketball, le Heat de Miami, a malgré tout choisi de réserver certaines sections de son amphithéâtre aux membres de l’audience qui sont vaccinés.

Dans le cas du Texas, qui a levé il y a quelques semaines l’imposition de toutes mesures de distanciation sur son territoire, l’interdiction s’applique également à des entreprises privées qui reçoivent du financement public.

Le gouvernement ne devrait pas demander aux Texans de présenter une preuve de vaccination et ainsi dévoiler des informations privées liées à leur santé pour participer à des activités de la vie quotidienne.

Une citation de :Greg Abbott, gouverneur du Texas

Après avoir laissé entendre à quelques reprises qu'elle n’avait pas l’intention de mettre en place une telle option, la Maison-Blanche a finalement confirmé ses intentions mardi.

La porte-parole de la Masion-Blanche, Jen Psaki

La porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki, a confirmé que Washington n'imposera pas l'exigence de statut vaccinal.

Photo : Reuters / KEVIN LAMARQUE

La porte-parole Jen Psaki a annoncé que le gouvernement fédéral se contentera de publier un guide pour les États et les entreprises qui décident de développer leurs systèmes.

Le droit à la vie privée et les droits des Américains doivent être protégés, a-t-elle précisé.

À San Diego, Beau, un partisan des Padres, se dit ouvert à l’exigence d’une preuve de vaccination ou de test de dépistage négatif pour permettre à plus de partisans de s'asseoir dans les gradins. Mais il se pose des questions sur la forme que prendra l’éventuel système de vérification.

C’est bien, mais je me demande comment ils vont vérifier. J’aurais peur que des gens essaient de falsifier des documents, indique-t-il.

Des questions auxquelles répondre rapidement dans un pays où tous les adultes seront admissibles à recevoir un vaccin contre la COVID-19 dans moins de deux semaines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !