•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tramway : Québec 21 veut forcer la CAQ à reculer

Un rendu du tramway.

Le projet de tramway dans le secteur de la rue de la Couronne.

Photo : Ville de Québec

Jean-François Gosselin abat ses cartes dans le dossier du tramway : pas question d’appuyer ce mode de transport lourd pour Québec aux prochaines élections municipales.

Aucun contrat ne sera signé avec un consortium avant juillet 2022, a clamé le chef de l’opposition officielle lors de la séance du conseil municipal de mardi.

Selon Jean-François Gosselin, les citoyens qui souhaitent bloquer la réalisation du tramway ont une occasion en or de le faire le 7 novembre prochain, en le choisissant comme maire de Québec.

Le gouvernement ne pourra pas faire autrement que d’accepter le choix fait par la population dans un contexte purement démocratique, a-t-il prévenu.

Le 7 novembre prochain, les citoyens auront une décision importante à prendre, un choix historique à faire.

Une citation de :Jean-François Gosselin, chef de Québec 21

Québec 21 ne se présentera pas devant les électeurs les mains vides.

Jean-François Gosselin dans un corridor de l'hôtel de ville de Québec.

Jean-François Gosselin dans un corridor de l'hôtel de ville de Québec

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Le chef promet de proposer un projet de transport collectif réaliste, logique et moderne.

Impossible d’en savoir plus pour le moment, Jean-François Gosselin s’engage seulement à ce que la vision proposée par son parti ne comporte pas de tramway.

Changement de ton

Il s’agit d’un important changement de ton pour l’opposition officielle à l’hôtel de ville de Québec.

En février dernier, Jean-François Gosselin se disait dans une position d'ouverture et de collaboration par rapport au gouvernement Legault, qui promettait de proposer une nouvelle mouture du réseau structurant de Québec.

Le ministre des Transports, François Bonnardel, affirmait cependant depuis l'automne que le choix du tramway comme colonne vertébrale du projet n'était pas remis en question.

M. Bonnardel parle au micro, le regard tourné vers son auditoire.

François Bonnardel lors d'une conférence de presse le 23 octobre 2020 (archives)

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Aujourd’hui, Jean-François Gosselin affirme qu’il n’a jamais explicitement appuyé le tramway.

On ne peut pas trouver une citation où je dis être en faveur d’un tramway nulle part. Ça n’existe pas.

Saboteur en chef

Le maire de Québec n’a pas tardé à accuser son adversaire de louvoyer dans le dossier.

Il a dit en conférence de presse qu’il était prêt à collaborer avec le gouvernement pour un tramway, a raillé Régis Labeaume. Non, oui, non... On ne sait pas où ça va finir!

Régis Labeaume prend la parole lors d'une conférence de presse.

Régis Labeaume, maire de Québec

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Selon lui, Jean-François Gosselin n’a pas la moindre crédibilité pour proposer un projet de transport collectif à la population.

S’il a le goût de jouer au saboteur en chef lors de la prochaine élection, il le fera, mais je pense que la population est pas mal plus intelligente que ça.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !