•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le masque devient obligatoire en tout temps pour les fonctionnaires du Québec

Les 16 000 employés de l'État encore en présentiel devront respecter la nouvelle recommandation de l'INSPQ.

Une femme porte un masque devant son ordinateur.

Environ 16 000 fonctionnaires du Québec travaillent encore en présentiel.

Photo : Getty Images / Portra

Même assis devant un écran d'ordinateur à leur cubicule, les fonctionnaires du Québec devront garder un masque médical sur le visage, a appris Radio-Canada. C'est ce qui leur a été annoncé lundi, après le congé de Pâques, comme protection supplémentaire contre les variants, plus contagieux.

Le gouvernement suit ainsi à la lettre les conseils de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), qui recommande, depuis le 30 mars, que les travailleurs portent le masque médical en tout temps à l'intérieur.

« Nous vous demandons d'appliquer cette recommandation », peut-on lire dans une communication du secrétaire du Conseil du Trésor, Éric Ducharme, transmise le 1er avril aux sous-ministres et aux dirigeants d'organismes de la fonction publique.

La directive a pour objet : « COVID-19 – port obligatoire du masque médical en continu dans les milieux de travail. » On y apprend que les ministères et les organismes devront fournir les masques médicaux aux fonctionnaires.

Cette consigne ne concerne pas les travailleurs œuvrant seuls dans une pièce fermée et ne s'applique pas au moment des repas.

En date du 16 février, 77 % des employés de la Fonction publique travaillaient de la maison, ce qui signifie qu'environ 16 000 sur 70 000 sont toujours présents au bureau.

Milieux de travail : principaux foyers d'éclosions

Il y a 483 éclosions actives dans des milieux de travail au Québec, contre 240 en milieu scolaire.

Beaucoup d'employeurs n'ont pas encore suivi la nouvelle recommandation de l'INSPQ, mais la fonction publique devait donner l'exemple après la publication de ses propres experts.

Dans son avis publié le 30 mars, l'INSPQ précise que le masque médical doit être porté en continu, « même si la distanciation minimale de deux mètres peut être généralement respectée ou qu’il y a présence de barrières physiques ».

Selon les experts en santé publique, cette recommandation est plus simple à respecter puisque le port du masque s’applique désormais en permanence plutôt que pour des tâches spécifiques ou des situations particulières.

Attention aux périodes de repas

Les données concernant la gestion des éclosions en milieu de travail indiquent que les périodes de repas représentent des situations plus importantes de transmission.

Avec la progression des variants, l'INSPQ juge donc « nécessaire » de rehausser les mesures durant ces moments « plus vulnérables ».

Pour y parvenir, procéder à des rotations pour les horaires de repas, favoriser la prise de repas dans les bureaux individuels lorsque possible ou mettre davantage de locaux disponibles pour les travailleurs.

Une citation de :Avis du 30 mars de l'Institut national de santé publique du Québec

Le port du masque en continu s’ajoute aux autres mesures de prévention mises en place dans les milieux de travail, soit la minimisation des contacts, la distanciation physique, les différentes barrières physiques, l’hygiène des mains et une ventilation adéquate, indique l’INSPQ.

Pour le travail à l’extérieur, le port du masque en tout temps reste préconisé si des interactions à moins de deux mètres avec des collègues de travail sont inévitables.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !