•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Université francophone à Sudbury : la sénatrice Lucie Moncion offre son appui au projet

Les portes principales extérieures d’un immeuble avec un peu de neige sur les côtés

La sénatrice indépendante Lucie Moncion donne son appui au projet d'université francophone à Sudbury. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Yvon Theriault

Radio-Canada

La sénatrice franco-ontarienne Lucie Moncion offre son appui au projet d’université par et pour les francophones à Sudbury et demande au gouvernement fédéral de collaborer avec l’Ontario pour financer le projet.

En entrevue à Jonction 11-17 avec l'animateur Éric Robitaille, la sénatrice, qui a elle-même étudié à l’Université Laurentienne, affirme que les gouvernements doivent préserver les acquis des francophones dans le Nord de l’Ontario.

La sénatrice Lucie Moncion

La sénatrice au parlement canadien Lucie Moncion a étudié à l'Université Laurentienne.

Photo : Martin Lipman

Si on voyait la Laurentienne disparaître ou ses programmes en français être retirés, ça serait malheureux, explique-t-elle.

Mme Moncion affirme que la Laurentienne joue un rôle important dans l’économie de la région et qu’il est important de la sauvegarder.

En fin de journée mardi, la sénatrice a rendu public un communiqué de presse, dans lequel elle exhorte le gouvernement fédéral à collaborer avec l’Ontario afin de préserver les acquis institutionnels de la communauté franco-ontarienne.

Mme Moncion demande une injection de fonds, en affirmant que l’éducation postsecondaire en français est protégée par la loi sur les services en français.

Elle ajoute que l’investissement dans les institutions postsecondaires en français cadre avec la vision de réforme de la loi sur les langues officielles qui fait partie des dossiers de la ministre Mélanie Joly.

Depuis le début de la saga des troubles financiers de l'Université Laurentienne, Mme Moncion affirme qu'elle a pris beaucoup de temps pour rencontrer les différents acteurs impliqués dans la région afin d'en savoir plus sur le projet d'université francophone proposé par des professeurs de la Laurentienne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !