•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'octroi du contrat pour le stade de Jonquière rebondit au conseil municipal

Une représentation de la devanture de la bâtisse qui abritera le stade de soccer.

La maquette du futur stade de soccer intérieur de Saguenay.

Photo : Geneviève Filteau

L’ex-chef d’Alliance Saguenay, Dominic Gagnon, a critiqué l’octroi du contrat du centre multisport de Jonquière à une firme de l’extérieur de la région lors du conseil municipal de mardi.

L’assemblée avait lieu à l’hôtel de ville pour la mairesse, la greffière et le directeur général, alors que les conseillers participaient à partir de leurs résidences par vidéoconférence. Les délibérations étaient diffusées en direct sur Internet.

La question de Dominic Gagnon au sujet du centre multisport a été lue à la fin de la séance par la greffière Caroline Dion.

Comme il l’a fait sur les réseaux sociaux au cours des derniers jours, Dominic Gagnon a laissé entendre que les dés étaient pipés avec une grille de pointage tendancieuse et dirigée.

Vos questions et vos commentaires sont eux-mêmes tendancieux et dirigés, a sèchement répliqué la mairesse Josée Néron.

Je ne permettrai à personne de mettre en doute la probité de ce processus, a-t-elle ajouté, d’un ton ferme, précisant que le processus d’analyse a été fait dans les règles de l’art.

Le type d’appel d’offres ne permet pas de mettre des critères favorisant les entreprises locales, ce qui fait en sorte que des entreprises d’ici peuvent soumissionner sur des contrats ailleurs au Québec. Ça s’appelle un libre marché, a mis en relief Josée Néron.

Elle a rappelé que la composition des grilles d’analyse et de pointages ont été entérinés par les membres du comité exécutif et que les critères sont en grande partie fondés sur la qualité du projet. Seulement cinq points ont été accordés pour le prix.

C’était connu, c’était su. Les gens qui venaient chercher le cahier de charge étaient au courant, a ajouté Josée Néron.

Du même souffle, elle a annoncé que les élus auraient droit à une présentation du processus en bonne et due forme jeudi matin. La greffière fera la nomenclature des aspects légaux de ce type d’appel d’offres et expliquera pourquoi les noms des membres du comité d’analyse ne peuvent être révélés. Une conférence de presse aura lieu jeudi après-midi.

On voit un terrain plat et à l'arrière, il y a le bâtiment de l'ancien Walmart.

Le futur centre multisport sera situé à côté de l'ancien Walmart de Jonquière.

Photo : Radio-Canada

L’entreprise Honco Bâtiments d’acier, dont les assises se trouvent à Lévis, a obtenu le contrat pour la construction du complexe, comme annoncé la semaine dernière par le cabinet de la mairesse Josée Néron. La première pelletée de terre sera soulevée au cours des prochaines semaines, pour une inauguration espérée avant la fin de 2022.

Le bâtiment sera officiellement nommé le Stade de soccer Saguenay.

La décision de construire ce stade intérieur a été prise unanimement par les membres du présent conseil après l’élection de 2017. Le dossier a connu plusieurs rebondissements et le projet a dû être revu et corrigé à plusieurs reprises. Le budget a ainsi été coupé de moitié. Québec, par l’entremise du ministère de l’Éducation, des Loisirs et des Sports, est partenaire à hauteur d’environ 7,5 millions de dollars.

Toujours en lien avec les sports, la Ville accepte d’accorder un congé de loyer de 11 088 $ aux Saguenéens de Chicoutimi pour la location du Centre Georges-Vézina pour les mois de janvier à août 2021. Un article du protocole d’entente liant la Ville et les Saguenéens permet à l’organisation de bénéficier d’un congé de paiement de loyer en raison de l’indisponibilité du bâtiment. Cette situation a été occasionnée par la pandémie de COVID-19. La Ville est propriétaire de l'équipe qui est gérée par des gestionnaires.

Le déluge de 1996, un événement historique

À quelques semaines du 25e anniversaire des inondations qui ont à jamais marqué Saguenay, autant au plan humain qu’en termes de normes de construction, de surveillance des barrages ainsi que d’aménagement du territoire, la Ville souhaite que le déluge de 1996 soit reconnu comme événement historique.

Une demande sera officiellement acheminée au ministre de la Culture et des Communications du Québec et à la Commission des lieux et monuments historiques du Canada par le Service de la culture, des sports et de la vie communautaire de Saguenay.

L'événement des inondations au Saguenay de 1996 a marqué les mémoires à l’échelle locale, nationale et internationale , est-il indiqué dans une résolution du comité exécutif entérinant officiellement la démarche pilotée par la commission des arts, de la culture et du patrimoine de Saguenay. 

Dans le même esprit, la compagnie Caravane Films Productions, qui chapeaute le festival REGARD, reçoit une subvention de 20 000 $ de la part de Saguenay pour la réalisation d’une œuvre commémorative entourant le thème des inondations de juillet 1996.

Le coût total du projet atteint 48 000 $. Caravane Films contribuera à hauteur de 8000 $ en termes de coordination. L’organisme pense pouvoir obtenir 20 000 $ en services de la part de divers partenaires.

Le Musée du Fjord caresse lui aussi un projet visant à souligner le 25e anniversaire du déluge, lequel requiert le soutien financier de la Ville. Le musée obtiendra 14 520 $ pour mettre en place des visites théâtralisées entourant le thème des inondations de juillet 1996. Le Musée du Fjord se trouve dans le secteur Grande-Baie de l’arrondissement de La Baie, un endroit particulièrement touché par le déluge. 

En guise de devoir de mémoire, je pense que c’est important d’investir ces sommes-là, a indiqué le président de la commission de la culture et du patrimoine de Saguenay, Carl Dufour, lors de la séance du conseil municipal.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !