•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec annonce de nouvelles restrictions en zone rouge qui toucheront l’Outaouais

Le premier ministre en conférence de presse.

« Avril sera le mois de tous les dangers », affirme François Legault.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Benjamin Vachet

Le gouvernement de François Legault a annoncé, mardi, un resserrement des consignes sanitaires en vigueur pour le palier d'alerte rouge, qui est celui d'une partie de l’Outaouais.

Moins d’une semaine après avoir annoncé le retour de l’Outaouais en zone rouge et des mesures spécifiques pour Gatineau et la MRC des Collines-de-l’Outaouais, le gouvernement du Québec a décidé de donner un nouveau tour de vis afin de freiner la progression rapide des variants au Québec.

En zone rouge, les activités sportives intérieures seront désormais limitées aux sports individuels, en duo ou en  bulle familiale, et seuls les piscines, les patinoires et les lieux pour jouer au tennis et au badminton pourront rester ouverts.

Le gouvernement précise que la santé publique mènera désormais des interventions plus rapides pour fermer les lieux de transmission du virus, ainsi que ceux où les règles sanitaires ne seraient pas respectées.

 On a donné la consigne aux directeurs de santé publique de chaque région de fermer rapidement les endroits où les règles n'étaient pas respectées. Il faut que les responsables des commerces et des entreprises comprennent que le variant est très dangereux. Si vous ne faites pas respecter les règles, vous risquez de vous faire fermer, a averti le premier ministre, par voie de communiqué.

De leur côté, les lieux de culte ne pourront accueillir que 25 personnes, en zone rouge.

Le couvre-feu maintenu à 21 h 30 en zone rouge

En revanche, en zone rouge, le couvre-feu sera maintenu de 21 h 30 à 5 h, même si le gouvernement n’exclut pas de le ramener à 20 h en fonction de la situation pandémique. Pour la Ville de Gatineau et la MRC des Collines de l'Outaouais, le couvre-feu est maintenu à 20h jusqu'au 12 avril, 5h.

Il faut se rappeler que ce sont des mesures temporaires et que le rythme de vaccination continue de s'accélérer afin de protéger la population , a rappelé le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, dans le communiqué publié mardi.

Le gouvernement interdit également à tous les résidents des zones orange et rouge de se déplacer vers une région au palier jaune.

 Je vous demande de faire encore un effort et de ne pas recevoir de visites dans les maisons. Je sais qu'on a hâte de voir sa famille et ses amis. Profitez du beau temps, voyez-vous à l'extérieur et gardez vos distances. Le variant s'attaque à tout le monde, incluant les plus jeunes. Soyez prudents, a demandé M. Legault.

Ces nouvelles mesures entreront en vigueur dès jeudi, à 0 h 01.

Benoit Lauzon devant l'hôtel de ville de Thurso.

Le préfet de la MRC de Papineau, Benoit Lauzon (archives)

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

Le préfet de la MRC de Papineau, Benoit Lauzon, voit d’un bon œil ces décisions.

Ce sont des décisions responsables qui ont été prises ce soir de la part du gouvernement. On voit peu de diminution du nombre de cas en ce moment et c’est important de baisser les nombres, car ça met une pression sur les services hospitaliers sur notre territoire, a-t-il réagi en entrevue.

C’est des mesures que le gouvernement devait prendre. On va s’assurer que l’ensemble de la population les respecte.

Une citation de :Benoit Lauzon, préfet de la MRC de Papineau

M. Lauzon pense toutefois que la meilleure mesure reste la vaccination.

La seule chose que présentement on peut faire pour combattre le virus, c’est la vaccination. Il faut absolument s’assurer que la région de l’Outaouais reçoive les vaccins nécessaires pour accélérer la vaccination. Peu importe les mesures qu’on va mettre en place, c’est vraiment la vaccination qui va nous aider, a-t-il insisté.

Retour de l’alternance classe-maison

Parmi les autres mesures annoncées, le gouvernement a aussi décidé de rétablir l'alternance une journée sur deux pour les élèves de 3e, 4e et 5e secondaire à compter du 12 avril, en zone rouge. Les activités parascolaires seront également mises sur pause.

 C'est un compromis qui permet de réduire les risques, sans trop affecter la réussite scolaire et la vie des adolescents, a tenu à expliquer le premier ministre.

Suzanne Tremblay, en entrevue sur le trottoir, devant le bureau du syndicat de l'enseignement.

Suzanne Tremblay est la présidente du Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais (archives).

Photo : Radio-Canada

Pour la présidente du Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais (SEO), Suzanne Tremblay, il s’agit d’une bonne décision.

De nombreux enseignantes et enseignants ont communiqué avec nous. Ils sont très inquiets de la situation dans les écoles. Il y a déjà eu plusieurs cas, et même des éclosions dans certains établissements. Donc, toutes les mesures qui protégeront le personnel enseignant, et donc aussi les élèves, sont bonnes. L’alternance va permettre de diminuer le nombre d’élèves, c’est une bonne mesure. Mais il ne faudra pas hésiter à en mettre d’autres en place, et d’assurer un meilleur dépistage dans les écoles, dit-elle.

La présidente du SEO indique surveiller également avec beaucoup d’attention l’annonce de la date à laquelle le personnel enseignant pourra recevoir le vaccin.

On veut maintenir les écoles ouvertes, et la meilleure façon, c’est la vaccination, pense Mme Tremblay.

Propriétaire de gym déçue

Le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé mardi, la fermeture des gyms en zone rouge, à compter de jeudi.

Cette nouvelle mesure touche les centres de conditionnement physique des MRC de Pontiac, Papineau et La Vallée-de-Gatineau qui pouvaient, jusqu’à mardi, demeurer ouverts. 

Ces trois régions n’étaient pas touchées par la pause de 10 jours décrétée la semaine dernière par le gouvernement Legault pour Gatineau et la MRC des Collines-de-l’Outaouais.

En entrevue à l’émission Les matins d’ici, Émilie Lortie, propriétaire de Zone Concept Santé à Maniwaki, soutient que son équipe est à bout de souffle à l’approche de cette nouvelle interdiction.

On s'en attend toujours, soutient Mme Lortie. Ce qui est difficile à gérer c'est l'incertitude, ensuite de mettre en place des choses et de changer notre fusil d'épaule à chaque fois. Notre équipe est épuisée.

La femme regarde droit à la caméra lors d'une entrevue Facetime.

Émilie Lortie est propriétaire du centre de conditionnement physique Zone Concept Santé à Maniwaki.

Photo : Radio-Canada

Elle croit que son entreprise, et les autres au Québec paient le prix pour l'importante éclosion qui est survenue au Mega Fitness Gym de Québec. Le dernier bilan de l'éclosion fait état de 171 cas de COVID-19.

Ce qu'on indiquait c’est, prouvez-nous qu'il y a eu des éclosions dans les centres de conditionnements physiques, malgré les mesures qu’on a mises en place. Là, c’est arrivé, c'est sûr que c'est un cas, un centre, mais avec une éclosion majeure, déplore Mme Lortie. 

Alors oui, effectivement, j'ai l'impression qu’on paie le prix malheureusement. C'est beaucoup de mesures à mettre en place et il y a quand même un effort de  la clientèle à suivre les règles, on ne peut pas être à côté de chacun pour s'assurer qu'ils respectent les règles. Mais tout est mis en place pour que ce soit possible, on a investi des sous pour ça.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !