•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mesures en Estrie : masque au primaire et achalandage réduit dans les lieux de culte

Une salle de classe primaire où chacun porte un masque

Le port du masque sera obligatoire pour tous les élèves du primaire. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Bobby Hristova/CBC News

Radio-Canada

L'Estrie échappe à des mesures plus draconiennes. Si Québec a annoncé quelques resserrements en zone orange, à titre préventif, les commerces, les restaurants et les gymnases restent ouverts.

Par contre, tous les élèves du primaire devront porter un masque en tout temps à l'école à compter du 12 avril. Quant aux lieux de culte, l'achalandage est réduit de 250 à 100 personnes.

Le premier ministre n'a pas annoncé un retour à un couvre-feu de 20 h, mais a soutenu qu'il n'hésiterait pas à y recourir si la situation continue de se dégrader. Il a par ailleurs mentionné que le nombre de contraventions en lien avec les rassemblements illégaux dans des résidences a explosé au cours du dernier week-end.

Le ministre de la Santé Christian Dubé a cependant apporté quelque bonnes nouvelles à des groupes demandant depuis longtemps d'être priorisés pour la vaccination : les enseignants et le personnel des services de garde, entre autres, seront bientôt appelés à être vaccinés.

Des mesures nécessaires dans un contexte particulier

Richard Bergevin, président du Syndicat de l'enseignement de l'Estrie, comprend la décision de la santé publique d'obliger le port du masque, une mesure dans un contexte particulier dont il faut tenir compte, même s'il apporte son lot de désagréments et de complications à l'enseignement.

L'aspect [du masque], c'est sûr qu'il faut toujours garder la sécurité et la santé en tête, et si la santé publique nous dit que c'est la bonne mesure à prendre, on va la prendre, souligne-t-il.

C'est sûr que c'est toujours plus complexe avec les plus jeunes [...] En même temps, les jeunes s'adaptent. Il faudra prendre le temps de le faire.

Une citation de :Richard Bergevin, président du Syndicat de l'enseignement de l'Estrie

Richard Bergevin accueille la nouvelle de la vaccination avec plus d'enthousiasme.

Enfin! Enfin, on va faire ce choix-là [...] Protéger les enseignants et les enseignantes, c'est aussi protéger les services éducatifs, s'est-il exclamé. Il ne faut pas attendre d'avoir plein d'enseignants malades pour réagir.

Soulagement du côté des restaurateurs

Le soulagement était aussi palpable du côté des restaurateurs. Contrairement à leurs homologues en zone rouge, ils peuvent garder leurs portes ouvertes. Cependant, ils sont conscients que la situation peut se dégrader rapidement, comme ce fut le cas dans d'autres régions, et restent inquiets de devoir refermer leurs portes dans un avenir rapproché.

On suit les règlements, rappelle Romy Quenneville-Girard, directrice générale du Café les Estries. On espère [si on doit refermer] avoir un été comme l'année passée, où tout le monde a pu respirer.

Même son de cloche du côté du milieu artistique, qui se dit épuisé par l'incertitude. Ça ne peut pas durer, c'est trop inquiétant, soutient Sylvie L. Bergeron, présidente du Conseil de la culture de l'Estrie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !