•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une rencontre déterminante pour l'avenir de l’église de Havre-Aubert

Une église moderne avec un revêtement de pierre abîmé.

L'église Notre-Dame-de-la-Visitation pourrait être la deuxième église des Îles-de-la-Madeleine à être désacralisée si les paroissiens acceptent de donner une nouvelle vocation aux bâtiment (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

L’église Notre-Dame-de-la-Visitation de Havre-Aubert changera de vocation si les paroissiens donnent leur aval à un projet de conversion du lieu de culte.

Le conseil de fabrique de Notre-Dame-de-la-Visitation a convié tous les paroissiens à une réunion d’information qui se tiendra jeudi soir.

Le but de la rencontre consiste à présenter un projet soumis par un promoteur. Selon le conseil de fabrique, l'initiative permettrait de donner une deuxième vie au bâtiment, mais sonnerait le glas de sa vocation religieuse.

Il y a deux mois, un promoteur est arrivé et nous a dit qu’il voudrait discuter d’un projet, explique la présidente du conseil de fabrique, Jeanne Leblanc. Mon Dieu, Seigneur, on a été enchanté du projet qu’il nous présentait.

Mme Leblanc ne souhaite pas divulguer publiquement la nature du projet avant la rencontre paroissiale de jeudi, mais précise tout de même qu’il s’agit d’une démarche qui allie culture et tourisme. Ça touche beaucoup de choses qui ont un lien réel avec Havre-Aubert , soutient-elle.

Le promoteur se déplacera dans l'archipel jeudi pour exposer son projet aux paroissiens.

Une façade d'église avec du revêtement de pierres manquant.

D'importants travaux pour refaire le revêtement de l'église Notre-Dame-de-la-Visitation sont nécessaires (archives).

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Jeanne Leblanc affirme que la nouvelle vocation des lieux permettrait tout de même à la communauté d’avoir accès au bâtiment et qu’il pourrait être possible d’y organiser sporadiquement des cérémonies religieuses.

Dans la lettre d’invitation envoyée aux paroissiens, le conseil de fabrique décrit le projet comme étant formidable et précise que le promoteur dispose des moyens financiers pour le réaliser .

Bien que le conseil de fabrique se montre favorable à la conversion du lieu de culte, l’accord des paroissiens est nécessaire avant de poursuivre les démarches vers une désacralisation.

On attend l’approbation des paroissiens avant d’aller plus loin et s’ils sont d’accord, on va continuer avec le promoteur à faire les démarches nécessaires pour fermer le bâtiment en tant qu’église, explique Mme Leblanc.

En raison du contexte pandémique, la rencontre paroissiale de jeudi devrait être diffusée virtuellement. Le conseil de fabrique vérifie actuellement si un certain nombre de fidèles pourrait y assister en personne en respect des mesures sanitaires.

Une île, deux églises

Jeanne Leblanc explique que des démarches pour tenter de trouver une nouvelle vocation à l'église Notre-Dame-de-la-Visitation étaient en cours depuis quelques années.

En 2018, Monseigneur Proulx est venu nous visiter, tous les présidents des paroisses, pour nous aviser que plusieurs églises allaient probablement devoir fermer, rappelle la présidente de la paroisse Notre-Dame-de-la-Visitation. On s’entendait à une réforme aux Îles.

Comme l’île du Havre Aubert compte deux églises, Mme Leblanc s’attendait à ce qu’une d’entre elles ferme ses portes.

Église et voitures dans le stationnement

L'église de Bassin est située à sept kilomètres de celle de Havre-Aubert (archives).

Photo : Radio-Canada

Vu qu’on est proche du site touristique de La Grave, on s’était mis dans l’idée que ça pourrait être bien de trouver un promoteur, explique Jeanne Leblanc. Avec les années, on avait regardé, mais on n’avait rien trouvé qui nous satisfaisait. On avait laissé tomber jusqu’à ce qu’un promoteur nous approche il y a deux mois.

Dans la lettre envoyée aux paroissiens en vue de la rencontre d'information, le conseil de fabrique fait valoir qu’il n’a pas les ressources nécessaires pour assurer la pérennité de son église. C’est très difficile et onéreux de transformer un grand bâtiment, de trouver des paroissiens pour s’occuper de gérer et entretenir cette bâtisse et de trouver les [fonds] nécessaires à un bon fonctionnement annuellement , expliquent les autorités paroissiales.

L’église Notre-Dame-de-la-Visitation a été construite en 1963. Selon la présidente, près d’un million de dollars sont nécessaires pour mettre l’infrastructure à niveau.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !