•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La situation sanitaire dans Windsor-Essex préoccupe à nouveau

Enseigne sur la façade d'un bâtiment.

Le bureau de santé publique local observe une augmentation marquée du nombre de cas. (Archives)

Photo : CBC/Sanjay Maru

Radio-Canada

Après des semaines relativement stables et encourageantes, une légère augmentation des nouveaux cas d’infection et des variant commence à s’observer dans la région de Windsor-Essex, selon le médecin hygiéniste de la région.

Mardi, le docteur Wajid Ahmed a indiqué au cours d’une conférence de presse qu’une résurgence de la pandémie, comme ce qui a été observé en décembre et janvier, se produira si la situation n’est pas contenue ni contrôlée.

Il s’agit d’un rappel brutal. Les choses évoluent dans le mauvais sens et nous avons clairement la possibilité de le contenir [le virus] du mieux que nous pouvons en suivant toutes les mesures, et la fermeture mise en place devrait nous aider à contenir nos taux de cas.

Une citation de :Dr Wajid Ahmed, médecin hygiéniste de Windsor-Essex

Le bureau de santé a signalé une augmentation sur trois jours de 126 nouveaux cas de COVID-19. 44 remontent au 4 avril, et 41 ont été respectivement signalés lundi et mardi.

Il y a maintenant 433 cas actifs connus dans la région, le nombre le plus élevé depuis le début de février.

Un médecin pose devant la caméra lors d'une entrevue.

Le Dr Wajid Ahmed s'inquiète de l'augmentation des nouvelles infections dans Windsor-Essex.

Photo : Radio-Canada / Alex Brockman/CBC

Le Dr Ahmed affirme que le nombre de cas de variants a rapidement augmenté. Il y a 116 cas confirmés ou préliminaires des souches COVID-19 les plus contagieuses, dont trois ont été déterminées comme étant le variant B.1.1.7 apparu au Royaume-Uni.

Ce qui est une énorme préoccupation, car cela signifie essentiellement qu'il y a des personnes avec le variant préoccupant qui sont dans la communauté et continuent de propager le virus sans savoir qu’elles en sont atteintes, a-t-il précisé.

Environ 32 % des cas de variants de la région sont dus à la transmission communautaire, selon les statistiques officielles.

Isolement massif d’élèves

Il y a actuellement environ 600 étudiants et 30 membres du personnel en quarantaine à la maison en raison de cas de COVID-19 dans 24 écoles de la région.

Dans l'ensemble, les jeunes adultes et les enfants d'âge scolaire ont les taux de positivité les plus élevés de la région, a déclaré le Dr Ahmed.

Celui-ci a d'ailleurs indiqué qu'il ordonnera à toutes les écoles de fermer - comme il l'a fait en décembre - s'il le juge nécessaire. Il espère cependant que les choses n’en arriveront pas là.

Les données montrent que les personnes infectées ont tendance à contracter le virus dans le cercle familial plutôt que dans les écoles, a-t-il expliqué.

Aucune éclosion n’est en cours dans les écoles de la région.

En ce qui concerne la vaccination, la directrice du bureau de santé de Windsor-Essex, Theresa Marentette, a indiqué que la prise de nouveaux rendez-vous pour la vaccination était mise en veilleuse en attendant des instructions supplémentaires de la province au sujet des groupes prioritaires.

Elle a précisé que tous les créneaux disponibles jusqu'au 12 avril étaient déjà réservés.

Le bureau de santé examine les données et envisage la possibilité de vacciner les travailleurs essentiels comme les enseignants, mais n'a pas fourni de détails supplémentaires sur le moment où cela pourrait se produire.

La région a déjà administré plus de 102 000 doses de vaccin. 90 088 personnes ont reçu au moins une dose.

Ailleurs dans le Sud-Ouest

La santé publique de Chatham-Kent a déclaré mardi deux décès supplémentaires, ce qui porte le total de la municipalité à 12 depuis le début de la pandémie. Le bureau de santé a signalé quatre nouvelles nouvelles infections mardi, pour un total de 71 cas actifs.

Dans le comté de Lambton, où la vaccination s’ouvre aux travailleurs essentiels, le bureau de santé a fait état d'une diminution de trois cas de COVID-19 en raison de l'ajustement des données concernant des cas précédemment confirmés qui ne relevaient pas de la compétence ou ne répondaient pas aux définitions.

Sept cas ont été signalés le 5 avril et 51 personnes sont décédées de la COVID-19 dans le comté.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !