•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : des équipes de meneurs de claque à l’origine d’éclosions dans deux écoles

Le pompon d'une jeune meneuse de claque.

Deux équipes de meneurs de claque de la région de Québec sont à l'origine d'éclosions de COVID-19 dans leur école.

Photo : Photo : iStock

Deux équipes scolaires de « cheerleaders » de la région de Québec sont à l’origine d'éclosions de COVID-19 dans leur école respective. La santé publique, qui mène une enquête épidémiologique, ne précise pas comment les deux équipes ont été contaminées.

Les élèves athlètes du Séminaire Saint-François, de Saint-Augustin-de-Desmaures, et de Pointe-Lévy, à Lévis, ont été les premiers à recevoir un résultat positif au test de dépistage de la COVID-19. En seulement quelques jours, le virus s’est propagé à leurs camarades et au personnel, forçant des dépistages massifs et provoquant des éclosions majeures dans les deux écoles secondaires.

Au Séminaire Saint-François, 98 cas ont été détectés jusqu’à présent. À Pointe-Lévy, où le dépistage est toujours en cours, 33 cas de COVID-19 ont été confirmés. Les élèves de 1re et de 2e secondaire sont principalement touchés par ce dépistage. Quelque 600 élèves sont en isolement.

Des éclosions liées?

La santé publique de Chaudière-Appalaches ne souhaite pas commenter l’origine de ces éclosions, indiquant que ses enquêtes épidémiologiques sont confidentielles.

Les deux équipes s’entraînent au centre de gymnastique ACE Athletics situé à Québec. Le 29 mars dernier, le centre d’entraînement annonçait sur sa page Facebook que plusieurs cas de COVID-19 ont été confirmés chez des athlètes fréquentant les installations d'ACE dans leur profil scolaire et que le centre devait fermer afin d’être désinfecté.

La porte d'entrée du complexe sportif ACE Athletics de Québec.

Les équipes de meneurs de claque du Séminaire Saint-François et de Pointe-Lévy s'entraînent toutes les deux dans ce centre de Québec.

Photo : Radio-Canada / Hans David Campbell

Le propriétaire, Jean-Christophe Pouliot, affirme avoir pris cette décision après la fermeture du Séminaire Saint-François. En avant-midi, l'établissement renvoyait en effet ses 1165 élèves à la maison après que 16 cas ont été rapportés. Il confirme que les équipes des deux écoles s'entraînent dans ses installations, mais qu’elles le font dans des salles séparées, et que des mesures sanitaires sont en place, notamment la prise de température à l’entrée.

Malgré ces précautions, le directeur de l'école Pointe-Lévy, Éric Pouliot, affirme que ses élèves ont vraisemblablement été contaminées à l'entraînement.

On avait fait une visite il n’y a pas si longtemps pour voir le respect des mesures sanitaires et c’était très bien fait, mais comme on sait que le virus est très virulent, qu’il se propage rapidement, nos élèves l’ont ramené sur la rive sud, dit-il.

Le directeur rappelle que les adolescents ont tendance à se coller. Oui, ils portent le masque et respectent les mesures, mais des fois il suffit d’un petit relâchement pour voir que le virus peut prendre le dessus rapidement.

Un élève entre dans l'école secondaire

Un dépistage de tous les élèves de 1re et de 2e secondaire de l'école Pointe-Lévy est en cours.

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Le directeur général du Séminaire Saint-François, Luc Savoie, affirme aussi qu’à sa connaissance, les mesures sanitaires étaient bien respectées dans les installations d’ACE Athletics.

Je n’ai aucune difficulté à croire que les entraîneurs sur place ont fait le travail, dit-il, indiquant que l’éclosion pourrait très bien venir d’ailleurs.

Pour l’instant, Luc Savoie ne cherche pas à trouver des coupables, mais plutôt à soutenir les élèves et les parents dans cette nouvelle fermeture. Selon lui, cette situation démontre à quel point les variants de la COVID-19 sont contagieux.

Quand ça a commencé à toucher un ou deux élèves, ça s’est répandu comme une traînée de poudre partout, indique-t-il.

Avec la collaboration de Guylaine Bussières

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !