•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enquête en cours sur l’incendie de la station météorologique d’Iqaluit

Des pompiers tentent d'éteindre l'incendie pendant que des flammes s'échappent du bâtiment.

Un incendie a détruit la station météorologique d'Environnement et Changement climatique Canada à Iqaluit lundi.

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) et le Bureau du commissaire aux incendies du Nunavut enquêtent sur la cause de l’incendie qui a ravagé la station météorologique d’Environnement et Changement climatique Canada à Iqaluit lundi.

L’incendie a débuté vers 15 h, lundi, dans le bâtiment du quartier West 40, situé au sud-ouest de l’aéroport d’Iqaluit, a indiqué la Municipalité dans un communiqué de presse mardi.

À son arrivée sur les lieux, la première équipe de pompiers a constaté que des flammes étaient visibles d’un côté du bâtiment. En tout, 15 pompiers et 6 véhicules de sécurité incendie ont été déployés.

Depuis lundi à 15 h, le site web (Nouvelle fenêtre) d’Environnement et Changement climatique Canada ne transmet plus les données relatives aux conditions météorologiques d’Iqaluit.

Un pompier tente d'éteindre un incendie.

La Gendarmerie royale du Canada et le Bureau du commissaire des incendies du Nunavut tentent toujours de déterminer la cause de l'incendie.

Photo : CBC / David Gunn

Équipement détruit

Dans un échange de courriels, le ministère indique que ce bâtiment était l’une des 30 stations d’aérologie qu’il opère dans le nord du pays. Ces installations sont munies de radiosondes, des instruments dont les capteurs permettent de mesurer en temps réel la température, la pression, le vent et l'humidité dans la haute atmosphère.

« Malheureusement, tout l'équipement à l'intérieur du bâtiment a été détruit, y compris les ordinateurs, les ballons météorologiques, les radiosondes, les antennes et la station de mise à la terre de la radiosonde », a fait savoir la porte-parole d’Environnement et Changement climatique Canada, Céline Singhroy.

Le ministère affirme que des experts seront sur place le 16 avril pour évaluer la station et étudier les options pour un espace temporaire d’opérations.

Il ajoute toutefois pouvoir s’appuyer sur d’autres outils pour fournir des informations sur les conditions météorologiques et le développement de tempêtes, dont des radars, de l’imagerie satellite et des systèmes de modélisation informatique.

« Les météorologues d’Environnement et Changement climatique Canada à Winnipeg et à Edmonton préparent toutes les prévisions et avertissements météorologiques pour Iqaluit, précise la porte-parole du ministère. Les services de prévisions météorologiques ne sont pas touchés par l’incident. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !