•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle ligne de transport d'énergie, condition essentielle pour développer l'éolien

Le réseau de distribution d'Hydro-Québec est saturé entre Rivière-du-Loup et Lévis.

Poteaux de transmission électrique

Une ligne de transport d'énergie (archives).

Photo : La Presse canadienne / Colin Perkel

Le projet éolien de 1200 MW porté par l'Alliance-de-l'Est, c'est-à-dire l'ensemble des municipalités de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent, ne pourra voir le jour sans une nouvelle ligne de transport évaluée à 500 millions de dollars.

En hiver, quand la demande énergétique est à son plus haut, l'énergie produite par les parcs éoliens de l'Est-du-Québec est consommée sur place, à Gaspé, Amqui ou Dégelis par exemple.

Mais en été, on se retrouve avec des parcs éoliens qui produisent beaucoup, mais on consomme peu, relate le porte-parole d'Hydro-Québec, Louis-Olivier Batty.

Conséquence, le trop-plein d'énergie converge vers la seule ligne de transport qui relie la région de Québec et le Bas-Saint-Laurent. Elle atteint alors son niveau de saturation.

Ajouter plusieurs éoliennes dans ce contexte apparaît improbable. C'est pourquoi les élus de la région misent sur la construction d'une nouvelle ligne de transport entre les postes de Rivière-du-Loup et de Lévis.

On aura beau avoir le plus beau gisement éolien au monde, si tu n'as pas la capacité de l'envoyer ailleurs au Québec, plus à l'ouest, on a un problème.

Une citation de :Michel Lagacé, préfet MRC de Rivière-du-Loup

La facture pour construire une telle infrastructure sur 200 kilomètres est cependant salée. On parle de 500 millions de dollars qui s'ajouteraient à un projet qui avoisine les deux milliards de dollars.

Une éolienne derrière des fils électriques attachés à un immense pylône.

Le parc éolien Nicola-Riou au Bas-Saint-Laurent est la propriété, à 50 %, des municipalités de la région et leur rapporte d'importants revenus.

Photo : Radio-Canada

Est-ce que la nécessité de construire une nouvelle ligne de transport pourrait nuire lors des appels d'offres prévus bientôt? C'est sur que le coût de transport [NDRL qui englobe celui de la construction de la ligne] est l'une des facettes quand une proposition est évaluée, mais pour répondre peut-être à votre question, est-ce que ça ne vient pas nuire à des projets chez vous en Gaspésie et au Bas-St-Laurent, c'est non, répond Hydro-Québec.

Il faut dire que la région tient mordicus à ce projet qui rapporterait des millions de dollars annuellement aux municipalités actionnaires.

Retombées potentielles du projet pendant 25 ans :

  • 2,3 M$/année pour chaque MRC du Bas-Saint-Laurent;
  • 2,3 M$/ année pour la Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk;
  • 1,9 M$/année pour chaque MRC de la Gaspésie
  • 1,9 M$/année pour les MRC de L'Islet et de Montmagny

Source: Michel Lagacé, président de la Régie intermunicipale de l'énergie du Bas-Saint-Laurent

Le ministre Julien prudent

Puisque la filière éolienne a commencé ici, les élus espèrent que le gouvernement Legault donnera son aval à l'augmentation de la capacité de transport d'énergie à l'est de Lévis.

D'ailleurs, sur nos ondes le 26 février, la ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, Marie-Eve Proulx, avait précisé qu'elle souhaitait que le projet de l'Alliance-de-l'Est soit le prochain à voir le jour.

Son collègue responsable du dossier, le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles Jonatan Julien, affiche cependant un peu plus de retenue.

C'est pas un projet qu'on donne de gré à gré. On va faire des appels d'offres probablement dès 2022. Alors ce projet-là pourra se qualifier éventuellement, a commenté M. Julien, mercredi.

Jonatan Julien devant la baie de Gaspé encore gelée, mais sous un soleil printanier.

Le ministre lors de sa première tournée régionale en Gaspésie (archives).

Photo : Radio-Canada / Bruno Lelièvre

Concernant l'ampleur du projet, 1200 MW, soit 30 % de toute la production d'énergie éolienne actuelle du Québec, le ministre a tenu a rappeler que les besoins seront au-delà de 1200 MW, au cours des prochaines années.

Éviter la contestation

L'Alliance-de-l'Est a pris soin d'inclure les MRC de L'Islet et de Montmagny dans le projet, et ce, même si aucune éolienne ne serait érigée sur ce territoire.

Une vue du fleuve Saint-Laurent, avec des silos de ferme en avant-plan et les montagnes de Charlevoix en arrière-plan.

Paysage de la circonscription de Montmagny-L'Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup

Photo : Radio-Canada

Ces deux MRC empocheraient près de deux millions de dollars annuellement en guise de compensation pour la nouvelle ligne de transport qui passerait dans leur cours.

Une question d'acceptabilité sociale, mentionne Michel Lagacé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !