•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jusqu’à 450 000 emplois pourraient disparaître dans le secteur pétrolier et gazier

Deux hommes manoeuvrent un foret sur une plateforme de forage pendant qu'un troisième homme les observe.

Les politiques de réduction des émissions de gaz à effet de serre diminueront la demande de pétrole et de gaz, selon les auteurs du rapport.

Photo : The Canadian Press / JASON FRANSON

Les trois quarts des 600 000 emplois canadiens dans l’exploitation des hydrocarbures sont menacés de disparition à cause des politiques climatiques, selon un rapport de la branche recherche de la banque TD.

Les deux auteurs du rapport qualifient l’engagement du Canada vers la carboneutralité de choc sismique pour l’industrie pétrolière et gazière, puisque celle-ci produit environ le quart des émissions de gaz à effet de serre du pays.

Ils estiment que, pour atteindre cet engagement d’ici 2050, la demande de pétrole et de gaz naturel devra être réduite de moitié, ce qui aura un impact sur la production et le raffinage des hydrocarbures.

De 312 000 à 450 000 emplois seront touchés au Canada et principalement en Alberta, en Saskatchewan et à Terre-Neuve-et-Labrador, selon les estimations de TD Economics.

Croire que tous ces travailleurs trouveront une place au sein de l’industrie en croissance des énergies vertes est toutefois illusoire, estiment les économistes Beata Caranci et Francis Fong.

Améliorer la reconversion professionnelle

Les besoins en compétences différentes et une répartition géographique différente des emplois pourraient laisser de nombreux travailleurs sur le carreau sans aide gouvernementale, disent les économistes.

Le rapport préconise de mettre l’accent sur un meilleur programme de formation et de reconversion professionnelle. Le processus actuel dépend encore trop des recherches individuelles et de l’offre très disparate des établissements postsecondaires, selon les auteurs.

Une transition juste devrait également favoriser le développement des infrastructures d’énergies renouvelables dans les communautés qui seront les plus touchées par les pertes d’emplois pétroliers et gaziers. Une aide financière sera également nécessaire pour aider certains travailleurs, notamment les plus âgés.

Dans son budget 2021-2022, le gouvernement albertain a réservé 136 millions de dollars sur trois ans dans un nouveau programme de formation, appelé Jobs Now. Les détails n’ont toutefois pas encore été annoncés. Edmonton négocie encore avec Ottawa sur un apport financier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !