•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La bulle atlantique possiblement compromise par l'éclosion au Nouveau-Brunswick

Une file d'autos qui n'avancent pas.

Des automobilistes font la file, en juillet 2020, pour traverser le pont entre le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

Radio-Canada

Le retour de la bulle atlantique est encore officiellement prévu pour la mi-avril, mais certaines provinces n'excluent pas la possibilité de retarder cette réouverture des frontières si la situation ne s'améliore pas au Nouveau-Brunswick.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

La récente augmentation des cas de COVID-19 au Nouveau-Brunswick fait planer le doute sur la reconstitution de la bulle atlantique dès le 19 avril.

Le premier ministre Blaine Higgs a notamment déclaré au quotidien Telegraph Journal, qu'il n'exclut pas la possibilité de reporter la réouverture de la bulle.

La Nouvelle-Écosse plus ouverte

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Iain Rankin, a annoncé, mardi, l'ouverture immédiate de la frontière avec Terre-Neuve-et-Labrador et l'assouplissement de certaines restrictions liées à la COVID-19, dès mercredi matin.

Nous continuons de surveiller de près le nombre de cas dans notre région, mais nous sommes actuellement en mesure d'ouvrir notre frontière à tous nos voisins des provinces de l'Atlantique, affirme le premier ministre Rankin, cité dans un communiqué.

Iain Rankin en conférence de presse.

Iain Rankin, premier ministre de la Nouvelle-Écosse, lors d'une conférence de presse (archives).

Photo : Len Wagg / Gouvernement de la Nouvelle-Écosse

La Nouvelle-Écosse avait déjà adopté une mesure similaire pour les visiteurs de l'Île-du-Prince-Édouard et du Nouveau-Brunswick. Cela signifie que les résidents des provinces de l’Atlantique n’ont plus à s’isoler durant 14 jours à leur arrivée en Nouvelle-Écosse, mais ils doivent toujours suivre les règles de santé publique en vigueur en Nouvelle-Écosse et dans leur province respective à leur retour.

Iain Rankin précise que la Nouvelle-Écosse surveille l'évolution du nombre de cas au Nouveau-Brunswick et qu'elle peut toujours refermer sa frontière avec la province si elle juge que cette mesure est nécessaire, par exemple si elle voit arriver des Néo-Brunswickois de la zone rouge.

D'ailleurs, le premier ministre Rankin déconseille toujours à ses concitoyens de rendre dans le nord-ouest du Nouveau-Brunswick, qui lutte contre une flambée de cas.

L'Île-du-Prince-Édouard hésite

L'Île-du-Prince-Édouard prend aussi au sérieux la situation au Nouveau-Brunswick à l'approche de l'ouverture de la bulle atlantique. Cette ouverture peut toutefois être remise en question, selon la Dre Heather Morrison, médecin hygiéniste en chef de l’Île-du-Prince-Édouard.

À ce moment, j'espère que cela va ouvrir, mais je sais que l’on va voir ce qui arrive si ce n'est pas quelque chose que l'on pense que c’est le bon moment, on va aviser les premiers ministres, affirme la Dre Morrison.

Le premier ministre Dennis King a pour sa part indiqué que la province gardait le cap pour une ouverture de la bulle le 19 avril, comme prévu.

Le pont de la Confédération à l'Île-du-Prince-Édouard, en janvier 2021.

L'Île-du-Prince-Édouard exclut, pour le moment, l'idée de sélectionner des voyageurs à l'entrée du pont qui relit l'île au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

Par ailleurs, l'Île-du-Prince-Édouard exclut pour le moment la possibilité de créer une bulle sans le Nouveau-Brunswick.

C'est assez difficile pour les personnes qui travaillent aux frontières de l'Île-du-Prince-Édouard de faire ces déterminations, mais on va en parler si on a besoin, dit la Dre Morrison.

Une décision la semaine prochaine

Le sort de la réouverture de la bulle atlantique, qui est fermée depuis le 23 novembre dernier, se décidera la semaine prochaine.

Si elle est rétablie comme prévu le 19 avril, les résidents des quatre provinces pourront, en principe, circuler librement d'une province à l'autre sans avoir à s'isoler pendant 14 jours, ni à l’aller ni au retour.

Les épidémiologistes des quatre provinces tiendront notamment une réunion sur l'évolution de la situation lundi prochain.

Avec des renseignements de Pierre Philippe LeBlanc, Julien Lecacheur et Adrien Blanc.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !