•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ouverture imminente de la vaccination aux 60 ans et plus partout au Québec

Le ministre Dubé en conférence de presse.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La vaccination sera offerte à tous les Québécois âgés de 60 ans et plus, dans toutes les régions, et ce, d'ici la fin de la semaine.

Suivront ensuite, selon l'ordre de priorité, les catégories 8 et 9, c'est-à-dire les personnes âgées de moins de 60 ans qui souffrent d'une maladie chronique, ou encore les travailleurs essentiels qui sont en contact avec des usagers.

Parallèlement, dès jeudi, le vaccin d'AstraZeneca sera offert à tous les Québécois de 55 ans et plus.

Toutefois, si le gouvernement n'est pas en mesure d'adapter son mécanisme de réservation en ligne d'ici là, ces personnes pourront se présenter directement à une clinique sans rendez-vous désignée.

Environ 355 000 doses seront réservées à cette fin.

Si quelqu’un veut prendre cet avantage, sans attendre de passer après les catégories 8 et 9, [il peut] en autant qu’il ait 55 ans et plus. [Les personnes qui souhaitent se faire vacciner] le pourront, dans des sites spécifiques comme le stade olympique ou encore le Palais des congrès, a détaillé le ministre de la Santé, Christian Dubé.

À ce sujet, le Dr Karl Weiss, microbiologiste et infectiologue à l’Hôpital général juif de Montréal, a donné un avis mitigé.

Je vous dirais qu'on va tomber dans une zone très grise. Pour les 55 ans à 60 ans, cela dépend des conditions de santé. Si vous êtes cardiaque, si vous avez un cancer [...] il est utile et suggéré de recevoir le vaccin d'AstraZeneca. À l'inverse, si vous êtes en pleine forme, l'idée, à mon sens, est que vous devriez plutôt recevoir les autres vaccins.

Une citation de :Dr Karl Weiss, président de l'Association des médecins microbiologistes-infectiologues du Québec

Le point avec le Dr Karl Weis

Face aux critiques liées aux plages horaires non utilisées – soit près de 5000 à Montréal –, le ministre s'est dit frustré de voir des rendez-vous qui n’ont pas été pris, mais selon lui, la réalité est que la campagne de vaccination a changé.

Nos vaccins ne dorment pas dans les congélateurs. On est à un moment charnière : on passe d’une vaccination axée sur l’âge à une vaccination en fonction du risque de propagation. C’est très différent.

Une citation de :Christian Dubé, ministre de la Santé

Le gouvernement a également décidé d'élargir sa stratégie vaccinale, en transférant à nouveau des doses prévues pour le Grand Montréal vers les régions.

Dans les prochains jours, 34 000 doses vont être transférées vers les régions, en plus des 20 000 doses déjà envoyées, a-t-on expliqué en point de presse.

Questionné sur l'objectif fixé de vacciner tous les Québécois adultes qui le souhaitent d'ici le 24 juin, Christian Dubé a acquiescé en précisant qu'avec une moyenne supérieure de 44 000 injections par jour, cet objectif sera atteint. Et tant mieux si, parfois, on vaccine plus.

La priorisation proposée des groupes à vacciner suit l’ordre suivant :

  1. Les personnes vulnérables et en grande perte d’autonomie qui résident dans les CHSLD ou dans les RI‑RTF
  2. Les travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux en contact avec des usagers
  3. Les personnes autonomes ou en perte d’autonomie qui vivent en RPA
  4. Les communautés isolées et éloignées
  5. Les personnes âgées de 80 ans ou plus
  6. Les personnes âgées de 70 à 79 ans
  7. Les personnes âgées de 60 à 69 ans
  8. Les personnes adultes de moins de 60 ans qui ont une maladie chronique ou un problème de santé augmentant le risque de complications de la COVID-19
  9. Les adultes de moins de 60 ans sans maladies chroniques ou problèmes de santé augmentant le risque de complications, mais qui assurent des services essentiels et qui sont en contact avec des usagers
  10. Le reste de la population adulte

Source : INSPQ, Comité sur l'immunisation du Québec, décembre 2020

Il a également été question de l'appui des entreprises dans la stratégie vaccinale, dont les détails devraient être donnés au cours des prochains jours.

Plus tôt dans la journée, à l'émission Première heure, Daniel Paré, le directeur de la vaccination au Québec, a expliqué que le plus important est que chaque groupe prioritaire puisse avoir accès à la vaccination. On travaille à ramener certains rendez-vous du mois de mai au mois d'avril.

Il a également ajouté que la vaccination pourra être offerte en pharmacie dans la région de Québec d'ici deux semaines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !