•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Le 7 avril 2011 s’éteignait un grand artisan de Radio-Canada : Pierre Gauvreau

Pierre Gauvreau, cigarette à la bouche, lors d'un tournage extérieur à l'Île
Perrot. Il se tient aux côté d'un caméraman.

Pierre Gauvreau lors du tournage de « Radisson » en 1956

Photo : Radio-Canada / Henri Paul

Radio-Canada

Il y a 10 ans nous quittait Pierre Gauvreau. Il a été l'un des grands artisans de Radio-Canada pour qui il a réalisé ou écrit des séries télévisuelles qui ont profondément marqué le Québec.

Peintre de la société québécoise

Ma chère Juliette, si tu ne sais pas quoi faire avec, envoie-le à l’École des beaux-arts.

Une citation de :Pierre Gauvreau

Pierre Gauvreau se souvient en 1983 d’une phrase du peintre et professeur René Chicoine qui encourage sa mère, Juliette Gauvreau, pour qu’elle inscrive son fils à l’École des beaux-arts.

Pierre Gauvreau est né en 1922 dans une famille cultivée et désargentée. Il démontre jeune un talent pour le dessin. Cela l’amène à étudier à l’École des beaux-arts de Montréal dès 1940.

La ruée vers l'art, 7 janvier 1995

Comme le rappelle cet extrait du reportage de la journaliste Isabel Hardy présenté à l’émission La ruée vers l’art le 7 janvier 1995, Pierre Gauvreau s’est tout d’abord consacré à la peinture.

Il a notamment fait partie du groupe des Automatistes qu’avait fondé Paul-Émile Borduas.

C’est ainsi qu’il est devenu un des cosignataires du pamphlet Le Refus global qui dénonce avec fracas l’immobilisme et la sclérose de la société québécoise de l’époque.

Pierre Gauvreau raconte le Québec aux Québécois et au monde

Peindre au Québec ne nourrit cependant pas son homme.

C’est ainsi que Pierre Gauvreau commence à travailler pour la Société Radio-Canada dans les années 1950. En peu de temps, il y fait sa marque.

Il réalise plusieurs des téléromans les plus appréciés par le public dans les années 1950 et 1960. Parmi ceux-ci, Pépinot (1954-1957), Radisson (1957-1959) et Rue de l’anse (1963-1965).

En 1966, Pierre Gauvreau réalise un téléroman qui conquiert le cœur des téléspectateurs québécois entre 1967 et 1968.

Fruit de la collaboration des télévisions publiques belge, canadienne, française et suisse, D'Iberville raconte la vie et les aventures du capitaine de vaisseau Pierre Le Moyne d’Iberville qu'incarne le comédien Albert Millaire.

C’est le premier téléroman que crée Radio-Canada en couleurs et sur film. D'Iberville tient de la superproduction.

Aujourd'hui, 20 juin 1966

Interviewé par Pierre Paquette, Pierre Gauvreau révèle aux téléspectateurs lors de l’émission Aujourd’hui du 20 juin 1966 certains des défis que constitue la réalisation D’Iberville.

Pierre Gauvreau tourne au total 39 épisodes qui seront diffusés jusqu’au 18 octobre 1968.

L’équipe de production comprend des centaines de comédiens et de figurants. On utilise 850 costumes, 350 perruques et… une centaine de litres de maquillage.

Les personnages s’imposent à moi parce que, sans doute, ils correspondent, incarnent ou font la synthèse de la réalité que je connais ou que j’ai vécue ou qu’on a tous vécue collectivement.

Une citation de :Pierre Gauvreau, parlant du téléroman Le temps d’une paix en 1983

Entre 1980 et 1986, Pierre Gauvreau se consacre à l’écriture d’une fresque télévisuelle qui décrit le Québec dans la période qui sépare les Première et Seconde Guerres mondiales (1918-1939).

Intitulé Le temps d’une paix, le téléroman met parallèlement en scène quatre familles canadiennes-françaises : les Saint-Cyr, les Fournier, les Desrosiers et les Lavoie.

L’action est située majoritairement dans le bucolique comté de Charlevoix et dans le 8e rang de La Malbaie ou se trouve la maison de Rose-Anna Saint-Cyr.

Noir sur blanc, 28 mai 1983

Le 28 mai 1983, l’animatrice de Noir sur blanc, Denise Bombardier, interviewe Pierre Gauvreau sur Le temps d’une paix. L’auteur parle de son processus d’écriture et des difficultés liées à la réalisation du téléroman.

Il explique par ailleurs que sur certains aspects, les mentalités et les comportements de la société québécoise traditionnelle décrits dans Le temps d’une paix existent toujours dans le Québec moderne.

Est-ce la raison pour laquelle ce téléroman a connu un succès aussi fulgurant?

Une bonne partie du Québec francophone a été rivé au petit écran durant les 135 épisodes que totalise Le temps d’une paix.

Le 1er décembre 1986, le téléroman est le premier au Québec à joindre un auditoire de plus de 3  millions de téléspectateurs.

Le temps d’une paix a par ailleurs été vendu à l’étranger et a connu un succès international.

Le temps d’une paix est suivi de deux autres téléromans dans la trilogie historique qu’écrit Pierre Gauvreau. Cormoran et Le volcan tranquille se déroulent dans le Québec des années 1940 et 1950.

L’œuvre de Pierre Gauvreau a procuré aux Québécois un regard moderne sur son histoire tout en le peuplant d’une galerie de personnages autant attachants qu’inoubliables.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.