•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le NPD veut des mesures strictes pour contrer la 3e vague de COVID-19 en Alberta

Rachel Notley devant un micro.

La chef de l'opposition de l'Alberta, Rachel Notley, souhaite que le premier ministre impose immédiatement des restrictions de santé publique pour enrayer la troisième vague de COVID-19.

Photo : Caucus NDP de l'Alberta

Radio-Canada

Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, devrait immédiatement imposer des restrictions de santé publique similaires à celles qui étaient en place en janvier pour lutter contre la troisième vague de COVID-19, selon l’opposition néo-démocrate de la province.

Avec près de 1000 nouveaux cas de COVID-19 par jour, la chef du Nouveau Parti démocratique de l’Alberta, Rachel Notley, estime que l’Alberta est à nouveau au même point qu'à la mi-novembre.

Lorsque le gouvernement Kenney a imposé des mesures plus strictes, le 8 décembre, le nombre de nouveaux cas quotidiens était passé à 1800 et plus de 200 personnes étaient mortes depuis le bilan de la mi-novembre.

Radio-Canada n'a pas encore obtenu les commentaires du gouvernement Kenney sur la question.

Lundi, Services de santé Alberta a signalé 887 nouveaux cas de COVID-19, dont 442 dus à un variant de SRAS-CoV-2. Les variants représentent maintenant 39 % des cas actifs dans la province.

Rachel Notley croit qu’il est important de revenir au temps ou les gymnases et les salles à manger des restaurants étaient fermés, mais que les rassemblements extérieurs de 10 personnes étaient à nouveau autorisés après avoir été interdits pendant six semaines.

Les Albertains voient les premiers ministres du pays prendre des mesures pour assurer la sécurité de leurs citoyens. Mais ici, nous n'avons pas de nouvelles du premier ministre.

Une citation de :Rachel Notley, chef du Nouveau Parti démocratique de l’Alberta

Pas tous du même avis

De leur côté, des restaurateurs demandent au gouvernement de ne pas les obliger à fermer de nouveau. Ils estiment qu'ils ne sont pas les seuls responsables de la situation et qu’une telle mesure ne résoudra pas le problème du nombre croissant des cas de COVID-19 dans la province.

Le gouvernement de l'Alberta n'a toujours pas les preuves ou les données indiquant pourquoi le secteur de la restauration devrait être la seule industrie fermée, a déclaré le président de l'Association des services d'accueil de l'Alberta et restaurateur Ernie Tsu.

Il croit que, si un confinement partiel devait à nouveau être ordonné, les règles doivent s'appliquer de la même manière à tous les secteurs.

Si on ferme notre industrie, alors comme en Ontario et au Québec, le gouvernement de l'Alberta doit proposer une subvention ciblée pour l'industrie qu'il vise à fermer.

Une citation de :Ernie Tsu, président, Association des services d'accueil de l'Alberta

Le comité du cabinet de gestion des urgences devait se réunir pour discuter de la voie à suivre pour l'économie de la province et la lutte contre la pandémie, mardi matin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !