•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début d’une autre saison sans croisières sur le Bella Desgagnés

Le Bella Desgagnés accosté au port de Sept-Îles

Le Bella Desgagnés est accosté au port de Sept-Îles (archives).

Photo : Radio-Canada

L'entreprise Relais Nordik, qui opère le navire Bella Desgagnés, prévoit perdre des millions de dollars en raison de l'interdiction de croisières en Basse-Côte-Nord en vigueur pour une deuxième année.

Seuls les touristes qui désirent se rendre sur l’île d’Anticosti pourront monter à bord du Bella Desgagnés pour un court voyage.

Toutefois, l’interdiction de croisières aura d’importants impacts pour l’entreprise. Son président-directeur général, Francis Roy, estime les pertes financières à plusieurs millions de dollars.

De plus, au micro de l’émission d’Est en Est, il affirme que des employés responsables du service à la clientèle n’auront pas d’emploi, cette année encore.

Malgré tout, Francis Roy reste optimiste. Il est d’avis que les prochaines années seront meilleures. Selon lui, la pandémie va donner envie aux Québécois de visiter leur propre province et de s’intéresser davantage à la Basse-Côte-Nord. De nombreuses personnes ont aussi repoussé leurs réservations dans l’attente de la fin de la pandémie, ajoute-t-il.

Le mouvement des gens qui réalisent qu’il y a des belles choses à voir dans leur propre province va perdurer après la pandémie, a-t-il expliqué. On avait 700 personnes qui avaient conservé leurs réservations de l’année dernière pour vivre l’aventure du Bella Desgagnés. Je crois qu’une partie de ces gens-là seront toujours au rendez-vous en 2022.

Plusieurs conteneurs sur un bateau

Le navire Bella Desgagnés poursuit son service de cargo en Basse-Côte-Nord et à l'île d'Anticosti (archives).

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

La saison est lancée

Le Bella Desgagnés a repris du service lundi, comme prévu, après un arrêt imposé par son contrat d’approvisionnement avec le gouvernement et pour faire quelques travaux d’entretien préventifs qui sont difficiles à faire lorsque le navire est en service.

Pendant sa période d’opération, le navire fonctionne 24 heures sur 24.

Une citation de :Francis Roy, directeur général de Relais Nordik
Le pdg de Relais Nordik, Francis Roy.

Le PDG de Relais Nordik, Francis Roy (archives)

Photo : Radio-Canada

De son côté, le Nordik Express, qui avait remplacé le Bella Desgagnés lors d’un bris de moteur cet hiver, est maintenant en vente. Il nous a rendu de fiers services, il a sauvé la mise en janvier et en février, mais on ne devrait plus le revoir, affirme Francis Roy.

Par ailleurs, Francis Roy assure que de strictes consignes sanitaires sont en place à bord du navire dans le but d’assurer la santé de l’équipage et des passagers ainsi que la continuité du service.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !