•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bond de plus de 20 % du prix des maisons dans le Grand Toronto en mars

Une affiche disant « vendue » devant une maison à Toronto.

Les prix augmentent à une vitesse si effrénée dans le Grand Toronto que certains analystes craignent la formation d'une bulle immobilière.

Photo : Radio-Canada / Michel Bolduc

Radio-Canada

Le prix moyen d'une propriété dans la région de Toronto a augmenté de 21,6 % en mars par rapport à la même période l'an dernier, s'établissant à 1,097 million de dollars, selon la chambre immobilière TRREB.

Plus de 15 652 maisons et condominiums ont été vendus le mois dernier, soit près du double des transactions enregistrées en mars 2020.

La Toronto Regional Real Estate Board (TRREB) précise toutefois qu'il y avait eu un volume de ventes exceptionnellement bas durant la deuxième moitié de mars 2020, en raison de la pandémie.

Le marché immobilier tourne toutefois à plein régime depuis l'été 2020.

Selon la chambre immobilière TRREB, les ventes atteignent maintenant un rythme record dans le Grand Toronto, alimentées par la confiance dans la reprise économique et les faibles coûts d'emprunt.

En raison entre autres des surenchères entre acheteurs, les prix de vente ont subi une croissance marquée dans de nombreux quartiers, particulièrement en banlieue de Toronto.

Prix de vente moyen en mars*

  • Maison unifamiliale à Toronto (indicatif régional 416) : 1 699 125 $ (+16,9 %)
  • Maison unifamiliale en banlieue (indicatif régional 905) : 1 311 599 $ (+31,3 %)
  • Maison jumelée à Toronto (indicatif régional 416) : 1 285 010 $ (+12,2 %)
  • Maison jumelée en banlieue (indicatif régional 905) : 926 920 $ (+23,6 %)
  • Condominium à Toronto (indicatif régional 416) : 675 844 $ (-4,6 %)
  • Condominium en banlieue (indicatif régional 905) : 577 380 $ (+8,6 %)

*Données fournies par TRREB, mars 2021 vs mars 2020

TRREB s'inquiète d'un déséquilibre entre l'offre et la demande.

Alors que la croissance des ventes surpasse largement le nombre de propriétés mises en vente, y compris pour les condominiums, la compétition entre acheteurs dans certains segments du marché et le potentiel d'une hausse de prix de plus de 10 % pourraient continuer si l'offre de maisons à vendre n'augmentait pas. Ce sera encore plus visible l'an prochain, alors que la croissance de la population recommencera, affirme l'analyste de la chambre immobilière Jason Mercer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !