•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Naufrage du FV Tyhawk : la date d’ouverture de la pêche est remise en question

Un bateau de la Garde côtière canadienne non loin de la côte.

Le NGCC Cape Roger (photographié en mars) a participé aux recherches en fin de semaine. Le Centre conjoint de coordination de sauvetage à Halifax a annoncé que les recherches sont suspendues indéfiniment.

Photo : Gracieuseté/auteur anonyme

Radio-Canada

Des intervenants s’interrogent sur l'ouverture hâtive de la pêche au crabe dans le cas des petits bateaux de pêche, à la suite du naufrage de l’un d’eux, samedi, au large du Cap-Breton.

Le bateau FV Tyhawk appartenait à la communauté autochtone d’Elsipogtog, au Nouveau-Brunswick. Quatre membres d’équipage ont été secourus, mais un autre identifié par sa communauté comme étant Seth Monahan est mort. Le capitaine, Craig Sock, est porté disparu et présumé mort.

L’ancienne cheffe Susan Levi-Peters affirme que la communauté n’a que de petits bateaux pour faire cette pêche qui exige de plus grands bateaux.

La date d'ouverture de la pêche au crabe, autrefois à la mi-avril ou peu après, a été progressivement avancée ces dernières années.

Mme Levi-Peters dit que les pêcheurs sont morts comme des guerriers, qu’ils ont été envoyés là où ils n’auraient pas dû aller.

La pêche au crabe a commencé le 3 avril.

Les autorités fédérales ont décidé d’ouvrir la saison de pêche plus tôt, avec une sagesse infinie, pour sauver les baleines en leur évitant toute interaction avec l’équipement de pêche, lance le directeur de l’autorité portuaire de Richibucto, Jody Pratt.

Mais la nature ne coopère pas toujours, ajoute-t-il, en soulignant qu’il y a encore des glaces sur la mer par endroits.

Les petits bateaux plus vulnérables

Les raisons du naufrage demeurent inconnues, selon M. Pratt, mais ces bateaux sont plus petits que la moyenne et certains sont déséquilibrés par le poids de l’équipement qu’ils transportent.

Seth Monahan

Le pêcheur Seth Monahan, qui a perdu la vie lors du naufrage, était originaire de la communauté de Red Bank, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Facebook/Seth Monahan

Une opinion partagée par Jean Lanteigne, directeur général de la Fédération régionale acadienne des pêcheurs professionnels.

Que ce soit la pêche au crabe, que ce soit la pêche au homard, les départs de saison sont toujours problématiques parce que là le bateau, quand il part, il a tout son équipement avec lui. Le pêcheur va tenter d'amener le maximum de casiers dans ses premiers voyages, explique M. Lanteigne.

Jody Pratt dit avoir l’impression que les pêcheurs à bord des petits bateaux ressentaient une pression pour prendre la mer en même temps que les gros bateaux pour ne pas rater le début de la pêche.

Il craint que la situation se reproduise. Quelqu’un, dit-il, a pris la décision d’ouvrir la pêche et les petits pêcheurs, selon lui, n’ont pratiquement pas eu leur mot à dire.

Susan Levi-Peters ajoute qu’elle est bouleversée par la mort des pêcheurs. Seth Monahan était dévoué à sa famille et Craig Sock avait un grand coeur, dit-elle.

Portrait de Craig Sock souriant.

Craig Sock était un homme au grand coeur et au tempérament affectueux, selon des membres de sa communauté. Il est porté disparu et présumé mort à la suite du naufrage.

Photo : Facebook/Pauline Young

Elle affirme que le ministère des Pêches et des Océans a ouvert la saison de pêche, que tous les pêcheurs voulaient pêcher en même temps et que nous avons perdu deux hommes.

Déterminer les causes du naufrage sera long

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) recueille des renseignements afin de déterminer s’il ouvrira une enquête sur le naufrage, explique le porte-parole Chris Krepski.

La ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Bernadette Jordan, affirme dans une déclaration écrite qu’elle attend les conclusions du BST.

La sécurité des pêcheurs est la priorité absolue du ministère, assure Mme Jordan.

Ses pensées, souligne-t-elle, vont aux pêcheurs disparus, à leur famille respective, à leurs amis et à toute la communauté d’Elsipogtog. Elle dit comprendre que les membres de la communauté sont profondément bouleversés.

D’après un reportage de Sheehan Desjardins, de CBC et de François Vigneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !