•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un rapport sur l’accès aux places en garderies expose 17 risques

De jeunes enfants dehors et habillés chaudement marchent avec leurs surveillantes.

Les places en garderie sont rares dans la région.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Pascale Langlois

Après la vérificatrice générale du Québec, la firme KPMG, mandatée par le Ministère de la famille, émet aussi un rapport qui souligne plusieurs risques dans le système d’attribution des places en garderie.

KPMG dresse une liste de 17 risques, allant de modéré à très élevé, tout en précisant que son mandat ne consistait pas à déterminer si ces risques se sont avérés ou non. Les deux risques très élevés concernent les outils pour faire appliquer la loi concernant les services de garde. La firme estime qu’il est possible que le ministère n’ait pas ou n’utilise pas les outils nécessaires à son application.

Toujours concernant la loi, KPMG affirme qu’il y a un risque très élevé qu’elle ne soit pas adaptée aux besoins des parents dans l’attribution des places. Le rapport ajoute qu'il y a un risque élevé que les politiques d'admission, dont doivent se doter toutes les garderies, ne soient pas respectées et qu’elles pourraient ouvrir la porte à de la discrimination.

Le ministre de la famille Mathieu Lacombe n’est pas surpris par ces conclusions. Il souhaite régler les failles potentielles en déposant un projet de loi d'ici l'automne. Le problème qu’on a c’est que les parents sont en train de perdre confiance en La Place 0-5 et en les politiques d’admission (sic). Ça pour moi, c’est un problème, affirme le ministre.

Les parents s’impatientent

Le Regroupement des parents utilisateurs de garderies non subventionnées avait documenté les problèmes liés à l’accès aux garderies en janvier 2020. La fondatrice du regroupement, Brigitte Cardinal, s'impatiente de voir que les problèmes ne se règlent pas et que les parents doivent attendre encore des mois avant de dépôt d'un projet de loi.

Je trouve qu’ il manque de solutions efficaces, pertinentes, qu’à court terme, on serait capables de régler, soutient-elle. Brigitte Cardinal mentionne entre autres un accès à l’information transparent à travers la plateforme La Place 0-5 pour que les parents puissent vraiment connaître leur place sur la liste d’attente.

De son côté, l’Association québécoise des CPE ajoute qu’ils n’ont pas accès aux données de La Place 0-5 de façon régionale pour connaître les besoins des parents.

L’Association des garderies non subventionnées en installations estime que le rapport de KPMG vient confirmer les conclusions qu’elle avait déjà soumises au Ministère. Je pense que le rapport vient confirmer que La Place 0-5 est un échec par excellence, soutient le président de l’AGNSI, David Haddaoui. Il ajoute qu’il se réjouit de voir le ministre Lacombe aller de l’avant pour modifier la Loi sur les services de garde éducatifs à l’enfance.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !