•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : des syndicats d'enseignants demandent une fermeture temporaire des écoles

Deux enfants traversent un passage pour piétons pendant qu'un agent tenant un panneau d'arrêt stoppe la circulation routière.

La santé publique de la région de Peel ferme les écoles pour deux semaines afin d'enrayer la propagation de la COVID-19.

Photo : CBC/Ben Nelms

Radio-Canada

Des syndicats en éducation demandent la fermeture des écoles dans les régions plus touchées par la pandémie, en attendant que le gouvernement Ford mette en place des mesures plus robustes pour protéger les écoles contre la propagation de la COVID-19 et des variants préoccupants.

La Fédération des enseignants et enseignantes de l’élémentaire de l’Ontario (FEEO) affirme que de garder les écoles ouvertes sans mesures supplémentaires pour la sécurité est une décision négligente.

Le gouvernement Ford a annoncé la semaine dernière que malgré une période de confinement de 28 jours que les écoles resteraient ouvertes partout en province.

Par voie de communiqué, le ministre de l'Éducation Stephen Lecce affirme que les écoles sont considérées comme sécuritaires par le médecin hygiéniste en chef et que près de 99% des écoles sont encore ouvertes.

Il ajoute que le Dr Loh a déjà affirmé que les écoles n’étaient pas des lieux de propagation de la COVID-19 et que celles-ci étaient toutefois vulnérables à la transmission communautaire.

Plus de protection pour les enseignants demandée

La FEEO demande notamment au gouvernement et aux bureaux de santé publique d’accélérer la vaccination pour les travailleurs de l’éducation et autres travailleurs essentiels.

En attendant ce changement, le syndicat demande de prendre des actions dans les milieux durement touchés par la pandémie, incluant un retour à l’apprentissage en ligne pour les élèves.

Une meilleure ventilation des classes, la réduction de la taille des classes afin de respecter le deux mètres de distance, la distribution de masques N95 et les congés maladie payés font aussi partie des demandes du syndicat.

Le président du syndicat Sam Hammond accuse le gouvernement Ford de sous-estimer la transmission de la COVID-19 dans les écoles.

Il affirme que des experts du milieu de la santé ont répété que les écoles ne sont pas que des reflets de la transmission communautaire, mais des vecteurs de celle-ci, que des variants préoccupants sont transmis par les enfants.

L'Association des enseignantes et des enseignants catholiques anglophones (OECTA) présente des demandes similaires au gouvernement Ford lundi.

La présidente du syndicat Liz Stuart affirme que le gouvernement de l’Ontario va à l’encontre des preuves scientifiques en soutenant que les écoles sont immunisées à la propagation de la COVID-19.

L’OECTA demande la priorisation de la vaccination des travailleurs essentiels, particulièrement dans les régions les plus touchées par la pandémie.

Le syndicat demande aussi le retour de l’enseignement en ligne pour les régions les plus touchées.

Retour à l'école virtuelle pour les élèves de Peel

Le bureau de santé publique de la région de Peel a annoncé la fermeture des écoles des villes de Brampton, de Caledon et de Mississauga pour une durée de deux semaines dès mardi en raison de la propagation de la COVID-19.

L’enseignement se fera sur des plateformes en ligne jusqu’au 18 avril, et le bureau de santé publique ajoute que la durée de cette mesure pourrait être étendue.

Le médecin hygiéniste de la région, le Dr Lawrence Loh, affirme que cette fermeture est motivée par la volonté de protéger les travailleurs et les élèves des variants préoccupants du coronavirus en brisant la chaîne de transmission et de garder les écoles sécuritaires.

Tous les camps organisés pendant la relâche scolaire sont annulés.

Les services de garde pour les enfants de moins de six ans qui ne vont pas à l’école continuent toutefois de fonctionner.

Le délai d’immunisation à prendre en compte

Pour Alain Simard, Professeur agrégé à l'École de médecine du Nord de l’Ontario, le gouvernement devrait changer d’approche dans sa liste de priorisation pour la vaccination.

Il serait temps que l’on considère prioriser les travailleurs essentiels, il faut commencer à observer d’où proviennent les éclosions, il faut prioriser les travailleurs des usines, et puisque le gouvernement a annoncé que les écoles vont rester ouvertes, il faut vacciner les enseignants et les travailleurs dans les écoles, dit-il.

Mais selon lui, le gouvernement doit prendre une décision rapidement s’il souhaite changer d’approche en matière de vaccination.

Même si on prenait la décision demain, en raison des délais de vaccination et d’acquisition de l’immunité, on ne verrait pas de résultats avant un mois, explique-t-il.

Avec les informations de Colin Côté-Paulette.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !