•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet de serres à l’Université de Sherbrooke

Le soleil perce les vitres d'une serre dans laquelle pousse des légumes.

Des serres pouvant simuler différentes conditions environnementales seront construites à la Faculté des sciences de l’Université de Sherbrooke ce printemps.

Photo : iStock

Radio-Canada

Des serres pouvant simuler différentes conditions environnementales seront construites à la Faculté des sciences de l’Université de Sherbrooke (UdeS) ce printemps.

Ce projet portera le nom de Complexe de recherche intégrative en sciences végétales et environnementales (CORSEVE). Il verra le jour afin d'augmenter la capacité de recherche en biologie végétale de l'institution.

Ces recherches visent à développer des solutions concernant divers enjeux, notamment les maladies, les contaminants environnementaux ainsi que les changements climatiques, souligne l’institution dans un communiqué.

C’est avec une serre qu’on va être capables de faire pousser beaucoup plus de plantes et avoir aussi une meilleure qualité de production des plantes. Avec la serre, on va être capables de contrôler beaucoup plus d’éléments, comme la température. [...] Ça va nous permettre de faire de la recherche à la fine pointe de la technologie, explique Peter Moffett, professeur au Département de biologie à l’UdeS et directeur scientifique du Centre SÈVE.

D’abord prévu pour 2020, l'Université de Sherbrooke vise maintenant 2022 afin que ce projet voie le jour. Ce retard est en partie dû à la pandémie de COVID-19, mais il est également attribuable du fait que les plans ont été modifiés à plusieurs reprises, souligne M. Moffett.

Ces serres, dont la construction est estimée à plus de 11 millions de dollars, font partie d’un projet conjoint avec l’Université McGill, la Plateforme de Phénotypage de plantes de l’Est canadien (ECP3), qui totalise près de 24 millions de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !